Peut-on comparer l'animal à une machine ? Dissertation by Mlle-je-sais-tout

Peut-on comparer l'animal à une machine ?
Dissertation de philosophie visant à savoir s'il est légitime d'assimiler l'animal à une machine.
№ 18950 | 1,640 mots | 0 sources | 2009
Publié le août 14, 2010 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les bovins et les chevaux, entre autres, ont longtemps été utilisés comme des machines dans l'agriculture pour leur force de traction. Les Hommes aussi ont eu, et certains ont toujours, une fonction comparable à celle d'une machine, c'est par exemple, le cas avec le Taylorisme puis le Fordisme : deux organisations de la production particulièrement utilisées au XXe siècle. Il paraît évident que l'on peut comparer l'animal à une machine, c'est-à-dire faire apparaître des similitude ou des différences, mais quant à savoir si l'on peut assimiler l'animal à une machine, la question est plus controversée. Elle a par exemple entraîné un important débat entre mécanistes et vitalistes, débat toujours d'actualité d'ailleurs. Est-il légitime de considérer l'animal (l'Homme est un animal au sens biologique du terme) comme une machine : un assemblage de pièces qui constituent un tout et qui concourent à un même résultat ? Cela supposerait une absence d'intelligence et de libre arbitre chez l'animal, un créateur, cela correspondrait en fait à une sorte de déterminisme.
L'étude verra donc, pour tenter de répondre à cette question, en quoi l'être vivant est assimilable à une machine, à un automate, puis elle s'intéressera aux éléments qui montrent l'insuffisance de cette thèse et qui participent donc à faire penser que l'animal ne peut être complètement apparenté à une machine.

Extrait du document:

Cette doctrine a été emmenée le plus loin avec les iatromécaniciens qui ont tenté d'expliquer le vivant uniquement avec la mécanique. Les prémices de cette théorie sont visibles chez Aristote qui, sans être mécaniste pour autant, assimilait déjà l'organisme à une machine, en particulier les organes du mouvement animal à des parties de machines de guerre (par exemple le bras d'une catapulte). Baglivi, l'un des plus connus iatromécaniciens, dans Praxis medica, fait ainsi une correspondance entre les parties du corps et celles d'une machine : « les mâchoires armées de dents, qu'est-ce autre chose que des tenailles ?

Commentaires