Peut-on parler d'un sentiment inné de Justice ? Dissertation

Peut-on parler d'un sentiment inné de Justice ?
Dissertation qui analyse dans quelle mesure l'individu est apte et a moralement le droit de parler d'un sentiment inné de Justice. (pdf)
№ 11309 | 1,320 mots | 1 source | 2009
Publié le mai 31, 2009 in Droit , Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Lors de la Controverse de Valladolid au XVIème siècle, Bartolomé de Las Casas et Sépulvéda s'opposent sur deux conceptions de l'Indien : l'un les considère comme des hommes l'autre comme de simples animaux. On semble pouvoir par cet exemple contredire l'idée d'un sentiment inné de Justice car si tel avait été le cas, les deux hommes auraient eu la même conception de l' Indien. Cependant en posant le sujet sous cette forme, on est invité à parler d'un tel sentiment inné et donc à considérer son existence, mais aussi notre droit moral (et légal) à le faire. Il semble en effet difficile de parler d'un sentiment inné de Justice ne seraitce qu'au regard de la création des sociétés mais aussi du point de vue moral puisqu'une telle existence suppose la remise en cause du droit positif. Pourtant, les oliviers de la colline du Yed Vashemnous interdisent de croire en l'inexistence de l'homme juste et donc d'un sentiment inné de Justice, à savoir quelque chose que l'homme porterait en soi en dehors de toute société susceptible de l'influencer.

I. L'individu a la capacité de parler d'un sentiment inné de justice tant d'un point de vue pratique que moral

II. Cependant l'existence d'un sentiment inné de justice va de pair avec des problèmes moraux et pratiques

III. Comment dès lors peut-on rendre une justice effective à partir de ce sentiment inné ?

Extrait du document:

C'est premièrement «la constitution » même de l'Homme qui nous en offre la possibilité. Si l'on considère l'homme comme un être par essence passionnel, c'est à dire en reprenant Rousseau caractérisé par l'amour de soi et la pitié alors l'homme présenterait en lui un sentiment inné de justice car il se donne par définition la préférence à lui même sans pour autant oublier son prochain si bien que l'on arrive à une première Justice : « Tu aimeras ton prochain comme toi même ». Ainsi, même si cet état de première justice est dérivé car issu de l'amour de soi et de la pitié, il n'en reste pas moins un sentiment inné car il est en dehors de tout apprentissage.
  • Dissertation portant sur la notion d'Etat et ses rapports avec la justice du point de vue de sa constitution et du point de vue moral.
    № 13614 | 2,685 mots | 0 sources | 2010 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation de philosophie démontrant que parler la même langue est une condition nécessaire pour que deux individus communiquent mais n'est pas suffisante pour qu'ils se comprennent.
    № 2242 | 1,450 mots | 4 sources | 2007 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation de philosophie portant sur les différents rôles joués par la justice. Par qui est-elle dictée ? Une justice dictée par la raison et le bien-être de la majorité peut-elle exister ?
    № 9437 | 1,130 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires