Peut-on parler d'une « brutalisation » de la vie politique et sociale dans l'Europe de la fin du XIXème siècle ? Dissertation by spycrow

Peut-on parler d'une « brutalisation » de la vie politique et sociale dans l'Europe de la fin du XIXème siècle ?
Dissertation étudiant les différentes formes, physiques ou verbales, qu'a pu prendre la violence à la fin du siècle et quels buts et quels processus ont pu amener à l'utilisation de la violence.
№ 19494 | 4,795 mots | 6 sources | 2010 | FR
Publié le août 31, 2010 in Histoire , Sociologie
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le XIXème siècle est souvent considéré comme « L'ère des révolutions », événements brutaux dans la forme comme dans le fond en tentant de marquer une brusque rupture avec l'ordre politique et social établi. Tandis que 1789 marqua la volonté de rompre avec l'Ancien Régime, 1848 semble marquer la volonté des peuples influencés par le libéralisme politique de se voir représenter au niveau de l'État et de pouvoir ainsi exprimer certaines revendications. L'échec du printemps des peuples, dont le soulèvement populaire fut vite réprimé marqua le dernier exemple d'une révolution à l'échelle de l'Europe.


1- Une démocratisation qui par l'intégration des masses dans le débat politique permettrait la fin des revendications politiques et sociales violentes ?
2- Mais une démocratisation qui conduit à la formation de nouvelles formes de violences politique et sociale
3- Cette intégration des masses ne peut se faire sans une nationalisation des populations et induit donc par l'exacerbation de nationalismes et la confrontation de sentiments xénophobes

Extrait du document:

Dès lors, des partis représentatifs car intégrant les masses et leurs revendications dans leurs programmes purent naître et contester la ligne de conduite de l'État. De mouvements empreints d'idéologie marxiste et révolutionnaire se développèrent au sein des classes ouvrières en dénonçant l'injustice sociale, avant d'évoluer vers le réformisme dans les années 1880.

Commentaires