Peut-on parler pour ne rien dire ? Dissertation by tortue1807

Peut-on parler pour ne rien dire ?
Dissertation de philosophie qui analyse la distinction entre parler et dire.
№ 2772 | 3,310 mots | 0 sources | 2008
Publié le janv. 22, 2008 in Littérature , Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Parler est un acte durant lequel on prononce des paroles qui sont notre appropriation individuelle de la langue : parler est une façon de s’exprimer.
Alors que le dire est l’acte d’énonciation au complet, c’est-à-dire qu’il englobe les paroles mais aussi les relations conventionnelles, la situation d’énonciation, l’implicite et l’intonation.
Peut-on vraiment avoir la volonté de parler dans le but de ne rien dire, c'est-à-dire de prononcer des paroles qui sont, en tous points insignifiantes, pour le locuteur ?

I. Intérêt pour le sujet parlant de "parler pour ne rien dire"

II. Désirer "parler pour ne rien dire" afin de manipuler ou de tromper autrui

III. L’hypocrisie : faire semblant de "parler pour ne rien dire" afin de ne pas assumer la responsabilité de son message ni ses conséquences

IV. Est-il possible de parler en ayant comme résultat de ne rien dire ?

V. L’acte de parole


Extrait du document:

Premièrement, vouloir parler pour ne rien dire peut être un moyen de se protéger du jugement d’autrui. En effet, cela peut déjà servir à cacher son ignorance. On prétend parler de tout mais on use de propos obscurs que les autres ne comprennent pas. Ainsi, ils ne suivent pas nos raisonnements qui ne veulent rien dire et croient que l’on est plus savants qu’eux. Mais en fait, ce n’est qu’un subterfuge pour cacher cette ignorance qui, si elle devenait apparente à autrui, pourrait devenir préjudiciable. Dans ce cas, on voit que même si l’on veut parler pour ne rien dire afin de cacher aux autres notre ignorance, on fait quand même passer un certain message à notre interlocuteur - qu’il ne comprendra pas forcément - celui qu’il ne faut pas engager une conversation précise, technique avec nous. Par exemple, si je suis dans un milieu huppé et que je ne connais rien aux loisirs tel que le golf, je risque de me faire mal voir. Mieux vaut alors prononcer des inepties à ce sujet entourées de grands mots qui ne diront rien en soit, mais sembleront savants.

Commentaires