Peut-on parler pour ne rien dire ? Dissertation by Christafr

Peut-on parler pour ne rien dire ?
Dissertation qui met en question la possibilité d'utiliser un langage pour ne rien dire. En d'autres termes, est-il envisageable que des mots correctement associés selon le code linguistique et provenant de notre pensée ne signifient rien pour autrui ?
№ 5568 | 1,485 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 08, 2008 in Anthropologie , Philosophie , Linguistique
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’homme se distingue de l’animal par le langage articulé qu’il a été capable de former et qui lui a permis de conceptualiser en un son, c’est-à-dire en un signe, les objets qui l’entourent. Ces signes ont favorisé la communication entre des milliers d’hommes. Parler, c’est donc utiliser un système de signes afin de transmettre une donnée à un individu receveur qui aura bien évidemment les mêmes règles linguistiques. Cependant, en sachant que chaque mot connu d’autres individus désigne forcement une chose, peut-on alors ne rien dire ? C’est-à-dire, peut-on ne vouloir apporter aucune information à l’individu auquel on s’adresse ?

Extrait du document:

Tout d’abord, « parler pour ne rien dire » semble en lui-même être une expression contradictoire. En effet, comme cela est vu dans la transition qui précède, parler, même si c’est pour dire des absurdités révèle que nous sommes des hommes, dotés d’une culture. Pouvant lui aussi parler, autrui se reconnaît en nous et entre en contact avec nous. Prenons le cas d’un homme fou qui répèterait sans cesse une phrase : par le fait qu’il parle, je le considère comme proche de moi, et je viens à son aide. Au Moyen-Age, un homme fou sachant parler avait plus de chances de rester en vie, car il était considéré comme plus proche de l’humain que le fou muet. Même si aujourd’hui, fort heureusement pour nous, nous avons évolué, toute conversation entre deux personnes fait appel au « je » conscient de soi, et à l’environnement de chaque individu. Prenons le cas de la formule de politesse « s’il vous plaît ». Elle n’est en aucun cas utile au langage, elle n’apporte aucune information à l’action que doit exécuter la personne. En effet, aujourd’hui on associe très souvent l’impératif au groupe de mots « s’il te plaît » ce qui est contradictoire.

Commentaires