Peut-on toujours vérifier empiriquement qu'une théorie physique est vraie ? Dissertation

Peut-on toujours vérifier empiriquement qu'une théorie physique est vraie ?
Dissertation qui cherche à savoir comment concilier les deux notions de vérité et vérification empirique.
№ 24862 | 2,610 mots | 0 sources | 2011
Publié le juin 16, 2011 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Laissant de côté les problèmes embarrassants d'épistémologie des mathématiques, la remarque de Kant selon laquelle toute connaissance commence par l'expérience semble difficile à mettre en doute. Ainsi, c'est l'expérience qui constitue le départ d'une théorie scientifique, elle constitue l'observation à partir de laquelle toute généralisation peut être faite, mais aussi l'instrument de vérification, de mise à l'épreuve de la théorie. Dans le schéma de la pratique scientifique de l'inductivisme naïf (on reprend le terme à Chalmers), c'est encore le test empirique qui est capable de fonder la vérité d'une théorie scientifique. On pourra dire qu'une théorie est vraie (c'est-à-dire qu'elle correspond aux faits) si seulement si elle rend compte des observations. Autrement dit, la vérité d'une théorie dépend de sa vérification empirique.
Dans une première partie, on s'intéressera à la vérité comme correspondance, et à partir du schéma classique de la vérification on développera un holisme de la confirmation. Enfin, dans une deuxième partie, on verra les problèmes d'adéquation entre faits et théories et le problème de l'induction. Disons finalement, que notre but n'est certainement pas de défendre une position sceptique ou relativiste, mais plutôt celui de voir les limites de la connaissance scientifique. Plus précisément, on veut voir ce qu'on peut attendre de la pratique scientifique, voir si la vérité peut trouver sa place dans cette pratique.

Extrait du document:

Il est clair qu'une croyance peut être vraie ou fausse. Ainsi, toute théorie satisfaisante de la vérité doit expliquer la fausseté tout comme la vérité. Par ailleurs, il faut remarquer que la vérité ne s'applique qu'à des porteurs de vérité, c'est-à-dire à des propositions, des énoncés, des croyances. On ne dira pas effectivement que les objets sont vrais, on dira au contraire qu'ils sont réels. Mais il faut alors voir que, si bien une croyance doit être vraie ou fausse, sa vérité ou fausseté ne peut pas venir de sa forme même. On ne dira pas, en effet, que x est vrai seulement parce que je le crois! De tout cela découle que la vérité et la fausseté caractérisent un porteur de vérité en vertu de quelque chose d'extérieur à la croyance elle-même. Dans les mots de Russell dans Problèmes de philosophie, « la vérité ou la fausseté d'une croyance dépendent toujours de quelque chose d'extérieur à la croyance elle-même ». De là on peut conclure que la vérité ou la fausseté d'un porteur de vérité est déterminée par une forme de correspondance entre celui-ci et la réalité, « entre la croyance et le fait ».
  • Dissertation se demandant dans quelle mesure la théorie de la « loi écran » conduit le juge administratif à s'incliner devant la volonté du législateur au détriment de l'application des règles constitutionnelles.
    № 28434 | 1,830 mots | 0 sources | 2012 | FR | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé portant sur la "Théorie positive de l’agence", modèle de gouvernance, ses composantes, ses principales caractéristiques, ainsi que les similarités et différences avec d'autres modèles théoriques.
    № 2565 | 5,790 mots | 5 sources | 2007 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de la théorie de Kennedy, exposé dans son livre "Naissance et déclin des grandes puissances", qui élabore une théorie du déclin des États-Unis sur la scène internationale.
    № 5444 | 2,215 mots | 12 sources | 2004 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires