Pourquoi faire des hypothèses ? Dissertation

Pourquoi faire des hypothèses ?
Dissertation qui cherche à savoir dans quelle mesure la formulation d'hypothèses immatérielles peut s'avérer être une étape nécessaire dans le processus qui conduirait à une connaissance réelle du monde.
№ 25593 | 1,225 mots | 0 sources | 2011
Publié le juil. 30, 2011 in Philosophie , Sciences
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Une grande partie des recherches scientifiques actuelles est tournée vers deux grandes théories : la théorie du Big-Bang et la théorie des cordes. Autrement dit, une grande partie des nouvelles connaissances scientifiques contemporaines est fondée sur une série d'hypothèses qui, articulées les unes aux autres dans un champ de connaissances, forment la théorie. Or, ces théories en ce qu'elles n'ont pas été validées par l'expérience semblent aujourd'hui relever d'une « croyance scientifique » plus que d'une vérité acquise. Le sens même de la notion d'hypothèse renvoie à la contingence qu'elle apporte vis-à-vis de la connaissance objective : une hypothèse peut tout aussi être vraie que totalement fausse. Pourquoi alors faire des hypothèses ? Si l'on considère que l'articulation des hypothèses qui forme la théorie scientifique ne peut être jugée vraie qu'une fois validée par l'expérience, pourquoi ne nous satisferions-nous pas des enseignements que nous apporte l'expérience seule, c'est à dire l'ensemble des perceptions et des impressions sensibles que nous recevons ?
Nous étudierons d'abord la dimension aporétique de l'expérience seule et de la théorie seule pour, à partir de là, définir l'hypothèse comme partie indispensable d'un système qui conduit à la connaissance.
Enfin, nous expliquerons les limites de cette thèse en montrant en quoi nous ne pouvons attendre de l'expérience de nous conduire à une vérité absolue et définitive.

Extrait du document:

Kant, dans la seconde préface de la Critique de la Faculté de Juger, opère une distinction conceptuelle entre les phénomènes (ce que nous percevons) et les noumènes (la chose en-soi). Seuls les phénomènes sont en notre portée, la seule connaissance que nous pouvons avoir, c'est l'idée que nou nous faisons des choses. Autrement dit, nous ne connaitrons jamais les choses « en elles mêmes ». A partir de là, nous ne devons pas chercher à connaître le monde en lui-même. Les lois scientifiques ne conduisent pas à la vérité mais à un paradigme, à un modèle explicatif satisfaisant pour comprendre les choses en elles-mêmes. Pour illustrer cela, Einstein prend l'image d'une montre fermée. Pour expliquer le fonctionnement de la montre, nous allons élaborer, imaginer un système qui nous permettra de nous représenter le mécanisme d'une certaine manière jusqu'à ce qu'une théorie plus efficace encore prenne sa place pour faire office de vérité.

Commentaires