Qu'est-ce que faire l'épreuve de la liberté ? Dissertation by hikari

Qu'est-ce que faire l'épreuve de la liberté ?
Dissertation de philosophie qui montre que faire l’épreuve de la liberté, c’est avant tout faire une expérience empirique qui peut se révéler douloureuse.
№ 4272 | 2,440 mots | 0 sources | 2007
Publié le mars 11, 2008 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si la liberté est en l’homme, l’épreuve de la liberté consisterait à sortir de soi pour constater que l’homme est libre, puisque ce dernier ne peut s’examiner qu’en se dépassant.
Mais la faculté de pouvoir se mettre sous le joug de son propre regard, c’est accepter d’être asservi par sa propre vue qui est subjective. Dans ce cas, faire l’épreuve de la liberté n’apporte aucune garantie.
D’autre part, si la liberté n’est pas en l’homme, ce dernier cherche vivement à l’acquérir : il la suppose bonne. Pourtant, s’il veut en faire l’expérience, il en fait l’épreuve, c’est-à-dire qu’il surmonte un obstacle. Dès lors, la liberté qu’il croit bonne, devient éprouvante. Alors, en désirant sentir et ressentir la liberté, l’homme ne cherche-t-il pas la liberté elle-même plutôt que le fait de se savoir libre ?
Il s’agit ici de voir, que faire l’épreuve de la liberté, c’est avant tout faire une expérience empirique qui peut se révéler douloureuse. Ce qui veut dire ensuite que faire l’épreuve de la liberté, faire cette expérience douloureuse, c’est passer l’épreuve de la liberté.
Enfin, cette épreuve n’est pas sans fin, elle mène, à force d’épreuves, à une liberté ne se situant pas au-dessus de soi, mais au plus profond de soi.

Extrait du document:

Faire l’épreuve de la liberté serait vouloir être sensible à la liberté, c'est-à-dire la placer devant soi pour s’assurer empiriquement qu’elle existe. Cette expérience se fait par l’acte. Pourtant cet acte révèle plus de douleur que de bonheur, comme il sera montré.
La liberté est un concept assez dérangeant : l’homme souhaite être libre mais garde une certaine angoisse vis-à-vis de cette liberté. Cette angoisse naît de la crainte et de l’illusion. En effet, si l’homme peut parfois être cartésien et ainsi douter de ce que ses sens lui donnent à voir, il doute également des concepts purement abstraits. Ainsi, il pressent la liberté, la pense, mais ne suit qu’une seule angoisse : «je ne crois que ce que je voie».
De prime abord, faire l’épreuve de la liberté, c’est faire une expérience visant à conjuguer l’idée à la vue afin de faire taire le doute.

Commentaires