Raison et désirs sont-ils compatibles ? Dissertation by Diez

Raison et désirs sont-ils compatibles ?
Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir si la raison exclut nécessairement tout désir ou si le désir relève de la raison.
№ 520 | 1,960 mots | 0 sources | 2007
Publié le juin 26, 2007 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les notions de raison et de désir ne sont pas forcément incompatibles car tous les désirs ne sont pas préjudiciables : certains sont naturels, d’autres positifs, de même que tous ne vont pas nécessairement à l’encontre de notre libre-arbitre. Il semblerait aussi que la raison ne soit pas toujours le seul motif qui pousse certains hommes à renoncer à leurs désirs. Peut-on distinguer des désirs négatifs, bruts, de désirs positifs, moteurs ?

I– Négativité du désir
1. Le désir va parfois à l’encontre de notre volonté propre et nous détermine
2. Les désirs superflus
3. Les désirs qui ne peuvent être comblés
4. Les désirs qui empiètent sur les désirs du voisin

II– Abandon du désir : voie royale vers l'inertie
1. Les désirs naturels : l’homme ne peut vouloir ce qui lui est nuisible
2. Le désir pour comprendre la nécessité de notre nature
3. Le désir comme une force positive, une force motrice

III– Il est dans l'essence même de l'homme de désirer
1. Désirer les connaissances véritables
2. Suivre les désirs conformément à notre raison

Extrait du document:

Les désirs sont souvent source de problèmes. La toute-puissance des désirs corporels peut entraîner la démesure et la violence, la servitude. Des désirs comme le désir de possession peuvent engendrer des conflits ; or l’homme raisonnable, c’est celui qui sait éviter la violence. Renoncer à ses désirs semblerait alors la meilleure façon d’arrêter les guerres… De plus, nous ne sommes pas toujours capable de savoir ce qui est bon pour nous. Certains de nos désirs immédiats ont des répercussions négatives sur nos vies. Un bonheur fugace, fruit d’un désir immédiatement assouvi, vaut-il de mettre en jeu notre bonheur futur ? Ne faut-il pas réfléchir à plus long terme ? C’est cela, agir raisonnablement : savoir anticiper (« voir plus loin que le bout de son nez » semble une expression tout indiquée) et ne pas combler immédiatement ses désirs comme le ferait un animal.

Commentaires