Retrait, redéploiement, résistance, privatisation de l'Etat Dissertation

Retrait, redéploiement, résistance, privatisation de l'Etat
Dissertation portant sur les différentes réactions des états à la mondialisation et à la multiplication des acteurs. (pdf)
№ 17048 | 1,690 mots | 2 sources | 2010
Publié le juin 20, 2010 in Sciences Politiques
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les théories des relations internationales opposent deux idées : celle du retrait de l'Etat et celle de sa résistance. On parle de la perte de souveraineté des Etats et de son impuissance à assurer certaines de ses fonctions fondamentales face à la montée de nouveaux acteurs. On parle d'érosion des souverainetés pour les pays du Nord et de faillite des Etats pour certains pays du Sud. Bien que ces phénomènes soient vérifiés par les faits, certains avancent l'idée non pas du retrait des Etats mais de la résistance de ceux-ci. Qu'en est-il ? Comment le principe de territorialité nationale est il remis en cause ? Quel est le rapport avec l'Etat ? Enfin, que faut-il penser : y a-t-il un retrait ou une résistance des Etats ?

1) Perte d'influence et retrait des Etats
2) Ou résistance de ceux-ci ?

Extrait du document:

On voit donc que la privatisation n'est en rien synonyme de retrait de l'Etat ou de primauté du privé sur le public : si les acteurs privés s'investissent de plus en plus dans des politiques autrefois dévolues à l'Etat, cela ne veut pas dire qu'il y ait érosion du rôle de l'Etat car celui-
ci reste au coeur des négociations, et coopère avec le secteur privé. On observe en effet entre les secteurs privés et publics un processus de renégociation permanente. De plus, l'Etat garde le choix dans la délégation et la privatisation : pour ce qui est de l'affermage de l'impôt par exemple, l'Etat conserve la possibilité de rompre le contrat.

Commentaires