"Royauté et idéologie au Moyen-Age" de Yves Sassier Dissertation

"Royauté et idéologie au Moyen-Age" de Yves Sassier
Dissertation portant sur l'ouvrage de Yves Sassier au programme du Capes et de l'agrégation d'Histoire qui expose l'histoire de la France du IVe au XIIe siècle.
№ 10599 | 6,900 mots | 0 sources | 2009 | FR
Publié le mars 30, 2009 in Histoire
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 911, au moment où, en Francie de l'Est, l'élection de Conrad consommait la rupture avec l'ancienne dynastie, son dernier représentant, Charles III le Simple, abandonnait la titulature simple de rex, traditionnelle depuis le partage de Verdun, pour prendre celle de rex Francorum. Décision de grande portée : le Roi de Francie occidentale entendait ainsi s'affirmer comme l'héritier légitime de la tradition franque et de la succession de Charlemagne. Ses successeurs conservèrent cette titulature, et avec elle toute la tradition carolingienne et pré-carolingienne attachée à l'expression. Bien qu'affaiblie par l'autonomie des princes, la monarchie occidentale se forgeait ainsi une identité propre en même temps qu'un espace géographique.

1/ Empire et Royauté franque
A. L'empire ottonien : un empire à vocation universelle ?
B. Le roi capétien, « empereur des Francs »

2/ Roi et princes : permanences et mutations idéologiques.
A. La « promotion idéologique des princes »
B. La fonction royale

3/ Les trois ordres
A. La conception monastique
B. La conception des évêques

Extrait du document:

Une idéologie spécifiquement royale est-elle encore possible dans un tel contexte où l'image du roi se trouve revendiquée pour d'autres que le détenteur de la fonction ? D'une certaine manière, les ducs et les comtes du X°S et du XI°Siècles savent que ce qui fonde et légitime leur pouvoir jusque dans leurs aspects royaux demeure la présence d'une autorité royale en France. Les comtes d'Anjou et de Blois, au temps du roi Lothaire, se considèrent autant comme les fidèles du roi que comme ceux d'Hugues Capet. Tous ou presque savent que s'ils peuvent se parer des vertus royales et conserver une autorité sur les comtes ou les châtelains de leur principauté, c'est parce qu'aux yeux de tous ils prolongent la royauté sur le territoire et les populations qu'ils contrôlent, et parce que leur autorité repose sur une délégation royale. Cette délégation, beaucoup d'entre eux viennent la chercher le jour du sacre du roi en y prenant part ou en s'y faisant représenter : ainsi les ducs d'Aquitaine et de Bourgogne, les comtes d'Anjou et de Flandre lors du couronnement de Philippe Ier (1059) à qui ils prêtent fidélité. L'idéologie royale ne saurait s'effacer car tous, roi comme princes, en ont besoin pour assurer la seule mission légitimant leur pouvoir qui est d'assurer la pax et defensio de leur principauté, prolongement de la pax regni.

Commentaires