Satisfaire tous nos désirs, est-ce la clé du bonheur ? Dissertation

Satisfaire tous nos désirs, est-ce la clé du bonheur ?
Dissertation qui cherche à définir les limites du concept de bonheur.
№ 24925 | 1,115 mots | 0 sources | 2011
Publié le juin 20, 2011 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Qu'est ce que le bonheur ? Aristote dans « éthique à Nicomaque » définit le bonheur comme « souverain bien, ce en vue de quoi nous faisons tout ce que nous faisons. Il est le but ultime de toutes nos actions, qui ne sert de moyens pour aucune fin ou bien ultérieure. Il est donc encore une fin parfaite, qui n'est jamais moyen pour autre chose. On ne veut pas être heureux pour autre chose que le bonheur lui-même ». Le désir est ce que recherche un individu. Cela peut être sous forme d'un objet, une personne, ou tout autre chose que l'on peut imaginer ou que l'on connait comme source de satisfaction. Ainsi, nous pouvons déjà penser que désir, but à atteindre, peut s'accompagner d'angoisse, de souffrance, de problème psychologique, de privation ; de manque, et peut vite se retrouver sous une forme de malheur. Satisfaire tous ses désirs est-ce la clé du bonheur ?
Pour répondre à cette problématique nous allons faire trois parties :
Dans un premier temps nous verrons que oui, satisfaire tous les désirs c'est la clé du bonheur. Dans un second temps nous verrons que non, ce n'est pas la clé du bonheur, au contraire. Enfin nous parlerons précisément des désirs et du bonheur liés à la conscience.

Extrait du document:

Une personne qui est sage ne désire rien de plus que ce qui est utile à la vie. Le bonheur c'est avant tout l'indépendance, la liberté de choisir. Si nous sommes dirigés par nos désirs nous ne sommes plus libres. Il ne faut en aucun cas dépendre de nos désirs pour atteindre le bonheur. Il faut que les désirs soient dans le monde du « conscient » afin de pouvoir choisir si oui ou non nous voulons l'atteindre pour être dans le bonheur. Ainsi, il faut supprimer ceux qui sont excessifs ou inutiles. Il ne faut garder que les désirs utiles et nécessaires : manger, avoir une vie sociale par exemple.

Commentaires