Science et religion Dissertation by Jfantino

Science et religion
Dissertation philosophique qui tente de déterminer les rapports qu’entretient la science avec la religion dans la culture et dans le fait social.
№ 1821 | 2,340 mots | 9 sources | 2005
Publié le nov. 19, 2007 in Philosophie , Religion , Sciences
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Notre société occidentale, qui fonde sa modernité sur le développement continu de la techno science, se caractérise par le déclin de la religion. Ainsi, il apparaît d’emblée que la science et la religion sont par essence concurrentes, voire incompatibles. L’homme, en tant qu’être rationnel et «animal politique», devrait rejeter la tradition religieuse pour appréhender la modernité scientifique. Pourtant, notre société post-moderne, marquée par une très forte culture scientifique, se manifeste également par l’apparition de nouvelles formes de religiosités. Par conséquent, il semble que la science et la religion sont en réalité compatibles, voire complémentaires. L’homme, en tant qu’être humain et «animal métaphysique», ne pourrait se débarrasser du sentiment religieux.


I/ L’exclusion mutuelle de la science et de la religion

1° La rationalité scientifique contre l’obscurantisme religieux
2° Du «Pourquoi?» au «Comment?»

II/ La science et la religion sont composées des mêmes ingrédients

1° Le tenir-pour-vrai
2° Une réponse universelle et fanatique ?
3° La modernité: l’omnipotence de l’économie et l’individualisme fédérateur

III/ L’inclusion réciproque de la science et de la religion

1° La Post-modernité
2° L’Ethique: une nouvelle spiritualité ?
3° L’identité ?

Extrait du document:

Le développement de la scientificité moderne a pour corollaire la lutte contre le dogmatisme, la superstition et l’obscurantisme religieux. La «science nouvelle», fondée sur le progrès de la raison, apporte les lumières de la connaissance et met en lumière l’ignorance de la «Vérité» de la religion; le savoir scientifique s’oppose à la croyance, et plus spécifiquement au croire savoir. Par exemple, la révolution copernicienne remplace la conception géocentrique et figée du monde par une représentation héliocentrique et mécanique de l’univers.
De plus, la science moderne s’oppose à la tradition religieuse dans la mesure où elle s’affirme socialement aux dépens de l’autorité morale et sociale de l’Eglise. En effet, la religion est étymologiquement «ce qui relie» les individualités dans la communauté religieuse et sociale puisque la religion est, d’après Durkheim, une «chose éminemment sociale». La science devient alors, à travers le couple invention technologique et innovation industrielle, la source du développement économique et des transformations sociales.

Commentaires