Sommes-nous esclaves de nos désirs ? Dissertation

Sommes-nous esclaves de nos désirs ?
Dissertation se demandant si nous avons un quelconque pouvoir sur nos désirs.
№ 29552 | 2,115 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le avr. 09, 2013 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'opinion commune a souvent tendance à considérer que les passions sont mauvaises car elles troublent l'esprit et nous rendent dépendants de choses extérieures. Beaucoup montrent du doigt les passionnés de courses hippiques ou de sport qui parient, ils sont considérés comme irresponsables dans une société ou « être raisonnable » est devenu une façon de vivre.
Les passions ne sont pas absolument comparables aux désirs ni aux besoins. Ce dernier est d'ordre animal car il répond du corps seul et trouve sa satisfaction dans un acte ou un objet précis or le désir est insatiable car il est toujours projeté au delà de l'objet désiré. Ce que l'on nomme passion en philosophie est le désir lorsqu'il est excessif c'est à dire impossible à atteindre ainsi que doté d'une force et d'une violence qui fait perdre la maîtrise de soi.

1. La puissance des désirs sur le sujet puis
2. Par quels moyens l'homme pourrait-il aboutir à une maîtrise de ses désirs et ainsi acquérir sa liberté

Extrait du document:

Les passions nous rendent dépendants car si elles ne sont pas satisfaites, elles sont vécues comme un manque. En effet, leur satisfaction engendre le plaisir donc elles sont en elles-mêmes une souffrance, celle d'une tension vitale, d'un tourment qui ne s'achève que provisoirement. Le désir renaît toujours de ses satisfactions éphémères, ce qui fait que le plaisir déçoit toujours car il est incapable de satisfaire définitivement le désir.
On pourrait croire en une toute puissance des désirs sur le sujet car nous réfléchissons a propos de la liberté de l'homme face à ses désirs mais la philosophie elle même est l' « amour de la sagesse », or n'est-elle pas juste le désir de sagesse et de vérité ? Nous pouvons citer Nietzsche qui démasque la volonté de puissance cachée derrière l'amour de la vérité.

Commentaires