Sommes-nous jamais maîtres de notre bonheur ? Dissertation by gspkesavousaidera

Sommes-nous jamais maîtres de notre bonheur ?
Dissertation philosophique portant sur les différentes définitions du bonheur et les moyens d'y accéder.
№ 7746 | 1,915 mots | 0 sources | 2008
Publié le août 21, 2008 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La question du bonheur, apparaît dès l'antiquité chez Démocrite qui parle d'ataraxie et désigne la tranquillité de l'âme résultant de la modération et de l'harmonie de l'existence. C'est seulement dans le stoïcisme, l'épicurisme et le scepticisme que l'ataraxie devient le principe même du bonheur. Mais ces trois doctrines philosophiques divergent sur la définition et sur les différents moyens d'atteindre le bonheur. Si c'est le cas, peut on dire qu'à aucun moment l'homme libre, a pu agir de tel sorte que le résultat de ses actions soit conforme au but déterminé par sa propre volonté pour atteindre le bonheur ?

Extrait du document:

Selon Leibniz, le bonheur consiste à se sentir bien. Dans les Nouveaux essais sur l'entendement humains(II,20,21) , Leibniz pense que l'inquiétude (=insatisfaction de l'esprit tourmenté n'est pas à distinguer des inclinations (=mouvement violent de l'être vers ce qu'ils désire, émotions puissante et continue qui domine la raison) puisque ces trois notions sont dépendantes l'une de l'autre en vue de notre bonheur. Ces trois notions »inquiétude », « inclination » et « passions » dominent la raison puisque »l'inquiétude[...]nous tiennent toujours en haleine [...]en sorte que souvent nous ne savons pas ce qui nous manque » , la raison est donc impuissante. A propos « des inclinations et des passions nous savons au moins ce que nous demandons » , la raison est ici encore impuissante puisque ce n'est plus notre raison qui nous domine mais nos passions.

Commentaires