Sommes-nous libres quand nous agissons mal ? Dissertation by anne0c

Sommes-nous libres quand nous agissons mal ?
Dissertation qui analyse si l’homme ne fait le mal que par aveuglement, sous l’effet de diverses causes en n’ayant alors pas conscience d’agir de façon immorale.
№ 5942 | 2,670 mots | 0 sources | 2008 | FR
Publié le mai 27, 2008 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il peut sembler incohérent d’agir mal, si l’on connaît le bien. Les mauvaises actions peuvent être attribuées à des illusions, des ignorances ou à l’imparfaite condition humaine.
Seulement, l’homme, s’il est déterminé à agir bien, n’est pas libre, cela signifierait alors que la liberté réside dans le mal. Celui-ci peut trouver son origine dans la faute, et non forcément dans l’erreur : dans ce cas, il apparaît nécessaire de distinguer le mal moral de celui qui ne l’est pas. Le mal moral est intentionnel et libre, et donc non causé par des inclinaisons sensibles. Même si l’homme peut vouloir le mal tout en n’ayant pas une intentionnalité mauvaise, il en est libre.

1. On ne peut a priori vouloir le mal si ce n’est à cause d’illusions, d’ignorance ou d’un comportement humain imparfait

2. Comment le mal délibéré prouve-t-il la liberté ?

3. La causalité n’est pas une réalité objective, ce qui implique la responsabilité humaine

Extrait du document:

Au sens courant, la liberté est perçue comme le fait de pouvoir faire «ce que l’on veut». Seulement, être libre, c’est aussi et surtout le pouvoir de choisir et d’agir fondé sur la connaissance de ce qui nous détermine ; c'est-à-dire qu’il s’agit d’agir de façon réfléchie, non impulsive, et ce en l’absence de contrainte étrangère. La liberté suppose l’autonomie de pensée et de jugement.
On peut distinguer trois sortes de mal selon Leibniz (qu’il définit dans les Essais de Théodicée) : le mal métaphysique (qui concerne la constitution du monde et l’arrangement des choses), le mal moral (qui qualifie l’action des hommes) et le mal physique (qui se rapporte aux sentiments des hommes face au mal moral et métaphysique, c'est-à-dire la souffrance et la tristesse par exemple). Le mal est au sens moral, ce qui s’oppose au bien moral, et agir renvoie à la modalité du mouvement chez l’homme, qui implique l’union de la pensée et de l’action : sans pensée, le sujet n’agit pas, mais est seulement dominé par autrui. Aussi, agir mal signifie agir contre le bien et contre les normes et valeurs fixées par la morale (c'est-à-dire l’ensemble des règles prétendant définir le bon comportement en vue d’être heureux). L’action suppose la conscience et la liberté.
  • Dissertation de philosophie qui s'interroge sur la notion de Mal par rapport à la morale humaine.
    № 9909 | 1,860 mots | 0 sources | 2007 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui traite de la prévisibilité de la réalisation d'un acte libre.
    № 18267 | 1,090 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui s'interroge sur l'action de vouloir et analyse si cela constitue une preuve de la liberté de l'Homme ou bien un leurre, en s'appuyant sur les thèses de Rousseau, Ricoeur, Jankélévitch et Arendt.
    № 12109 | 2,150 mots | 6 sources | 2009 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires