Sous la Ve République, le premier ministre n'est-il qu'un collaborateur du Président ? Dissertation

Sous la Ve République, le premier ministre n'est-il qu'un collaborateur du Président ?
Dissertation sur la place et les rapports entre le premier ministre et le Président sous la Ve République française.
№ 29900 | 2,025 mots | 3 sources | 2013 | FR
Publié le juil. 16, 2013 in Histoire , Droit , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Le premier ministre est un collaborateur. Le patron, c'est moi », déclare Nicolas Sarkozy en aout 2007. Cette assertion, certes maladroite, mais révélatrice, illustre le rapport de force entre le Président de la République et le premier ministre sous la Ve République, et en cas de majorité présidentielle à l'Assemblée nationale, ou du moins ce que les apparences laissent entendre. Le couple Sarkozy/Fillon est en effet l'exemple parfait où le premier ministre semble n'être qu'un adjoint dans l'ombre du Président omnipotent. Sous la Ve République, le premier ministre et le Président de la République constituent le pouvoir exécutif. Comme il est prévu par la Constitution du 4 octobre 1958, le premier ministre est nommé par le Président. On dénombre vingt premiers ministres sous la Ve République, pour sept Présidents. Le Président est le chef de l'État, il incarne le pays et personnifie l'État. Le premier ministre quant à lui est le chef du gouvernement, celui qui « dirige l'action du gouvernement », art.21 de la Constitution, et qui est responsable devant le Parlement. Il assure l'exécution des lois. Dans un esprit et une volonté d'équilibre des pouvoirs, on assiste à une division du travail entre le premier ministre et le Président. Seulement cette division est perçue pour beaucoup, et notamment par l'opinion publique, comme déséquilibrée à la défaveur du premier ministre, en dehors bien sur des périodes de cohabitation. Certains parlent même de régime présidentiel, d'hyperprésidentialisation, et ce, surtout depuis le mandat de Nicolas Sarkozy.

I. Une République présidentialiste qui tend à faire du Président de la République l'acteur essentiel de l'Exécutif…
II. … Alors que dans les faits le premier ministre est la « clef de voute » (Duhamel) de l'appareil de l'État

Extrait du document:

Vis-à-vis des autres pouvoirs, le Président préside le Conseil des ministres, prenant ainsi donc part aux délibérations et décisions liées aux projets de loi, notamment en signant les ordonnances et décrets délibérés. Vis-à-vis du Parlement, c'est lui qui promulgue les lois, qui ouvre et clôt les sessions (art.10 et 30). Vis-à-vis de la justice maintenant, il possède le droit de grâce (art.17). Bref, cet élagage des principaux droits et pouvoirs du Chef de l'État expose bien la prééminence effective du Président de la République au sein de l'Exécutif.
  • Dissertation d'histoire qui se demande comment la Ve République modifie le rôle du président, en quoi elle augmente son pouvoir et quelles sont les conséquences sur la vie politique française.
    № 5115 | 3,910 mots | 3 sources | 2007 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé sur les moyens du Premier Ministre de « diriger l'action du gouvernement » selon l'article 21 de la constitution.
    № 26464 | 1,905 mots | 3 sources | 2011 | FR | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation sur les pouvoirs du Premier Ministre et ses relations avec les autres organes institutionnels que sont le Président de la République et les Assemblées sous la Vème République.
    № 17143 | 3,295 mots | 0 sources | 2010 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires