Suffit-il de bien observer pour connaître ? Dissertation

Suffit-il de bien observer pour connaître ?
Dissertation de philosophie qui pose la problématique suivante : peut-on réellement connaître une chose si on ne l'a pas observée et expérimentée ?
№ 13156 | 930 mots | 0 sources | 2009
Publié le nov. 30, 2009 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ce sujet pose la question fondamentale du lien entre l'observation, l'expérience et la connaissance. Nous commencerons par définir les verbes « observer » et « connaitre » au sens philosophique. Puis nous nous attacherons à démontrer que l'observation est une condition indispensable pour connaitre quelque chose. Nous examinerons ensuite pourquoi l'observation, ou l'expérience sont des conditions nécessaires, mais non suffisantes à la connaissance. Observer, c'est regarder avec attention ; observer permet d'établir les faits et donc de ne pas construire de théories qui leurs soient contraires. En ce sens observer, c'est simplement enregistrer les faits, mais, à condition de ne pas ni les modifier, ni les interpréter. Cependant, l'idée d'observation est aujourd'hui remise en cause, nos observations spontanées étant la plupart du temps orientées par nos convictions et opinions.

Extrait du document:

Mais l'expérience et l'observation ne donnent à voir que du contingent et du particulier, et ne permettent pas de déterminer des rapports nécessaires et universels. C'est à notre sens la limite de l'empirisme.
En effet, prendre connaissance de quelque chose implique un travail de l'intelligence, débouchant sur l'acquisition de concepts, donc de contenus essentiels. Ainsi, ne faut-il pas substituer à l'opinion empiriste, l'option rationalise consistant à admettre que la théorie suppose l'intervention de principes internes à l'esprit, principes organisant l'expérience mais ne découlant pas d'elle ? Telle est l'analyse que Kant propose de la causalité. Ce que l'expérience fournit, ce sont les éléments liés par la relation causale, et non la relation elle-même.

Commentaires