Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? Dissertation by lalsacienne

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?
Dissertation de philosophie qui se demande si la conscience de soi est susceptible de m’apprendre ce que je suis, mon essence.
№ 5964 | 2,120 mots | 0 sources | 2007
Publié le mai 28, 2008 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

«Je» ici a un sens psychologique, il désigne le sujet (pensant), c’est à dire l’homme en tant que connaissant. «Être» comme «suis», ont un sens métaphysique, ils affirment la réalité actuelle d’une chose, son existence. La «conscience», elle, a pour définition générale le savoir intérieur immédiat que l'homme possède de ses propres pensées, sentiments et actes. La conscience exprime ainsi notre capacité de réflexion et le pouvoir que nous avons de viser autre chose que nous-mêmes.
Ici, on parle de conscience réfléchie, c'est-à-dire du retour du sujet sur ces premières impressions par laquelle le Moi se distingue de ses états psychiques (introspection).
Ce document montre, tout d'abord, que d’après Descartes, la conscience de soi est égale à la connaissance de soi. Puis, il remarque que la conscience ne définit pas forcément une intériorité.
Et enfin, que l'on est différent de ce que l'on a conscience d’être.

Extrait du document:

La plupart des gens savent se définir à peu de chose près. Ils se disent gentils, attentionnés, comme orgueilleux ou peureux. On connaît nos défauts, nos qualités, mais du jour au lendemain il suffit d’une situation jamais vécue pour que l’on réagisse d’une toute autre manière. Un ami par exemple, se retrouverait à la rue sans argents, même en étant orgueilleux on l’aiderait, du moins jusqu’à ce qu’il puisse se débrouiller seul. On n’est donc pas toujours ce qu’on pense être. Pourtant, on a conscience d’être un mammifère, d’être un homme et non un animal, … Ceux sont des choses pour lesquels jusqu'à maintenant on ne pourrait prouver le contraire.

Commentaires