Suis-je forcé d'être libre ? Dissertation by achill

Suis-je forcé d'être libre ?
Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir ce qui est capable de forcer quelqu'un à être libre et quelles sont les origines de cette force.
№ 9832 | 1,135 mots | 0 sources | 2007 | FR
Publié le janv. 21, 2009 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

À priori, la liberté est un privilège, il n'y a cas observer la devise de la République Française. Si c'était vraiment le cas, la question « suis-je forcé d'être libre? » serait incohérente. En effet, comme est-ce possible de forcer quelqu'un à être ce qu'il veut déjà être ?
Cette affirmation est sans aucun doute contestable, et ses nuances se trouvent dans la variation des définitions des termes. Dans quel sens comprendre l'expression « être forcé »?
Dans un premier temps, cette étude determinera la question du point de vue de l'opinion commune. Puis il sera abordé le sens philosophique de la liberté pour étudier la question d'abord en considérant la force comme venant de notre nature même, et ensuite en prenant une définition d'« être forcé » qui se rapproche de la définition populaire.

Extrait du document:

La liberté au sens philosophique repose sur le verbe vouloir plutôt que sur le verbe désirer. Être libre c'est faire quelque chose uniquement parce qu'on le veut, et non parce qu'on le désire; dans cette perspective, il est très possible de vouloir quelque chose qu'on ne désire pas. Ce n'est pas tant d'obtenir ce que l'on veut qui fait de nous des êtres libre, mais juste de vouloir. Pour Buridan, la volonté de l'homme lui confère une capacité d'auto-détermination que ne possède pas les autres êtres vivants. Alors que les animaux sont soumis à un déterminisme leur imposant leurs choix, l'homme lui fait ses choix par sa seule volonté.
Parallèlement, on déploie un sens de la question « suis-je forcé de…?» différent de celui vu en première partie dans une question synonyme : « suis-je, en tant qu'homme, forcé par ma nature, déterminé à…». La force évoquée est celle de la nature, seule force à l'encontre de la quelle on ne peut aller; celle même qui détermine le chien à aboyer et le cheval à hennir. Le nom « force » donne l'adverbe forcément, que l'on peut rapprocher de l'adverbe nécessairement. « Nécessairement » transmet l'idée que l'évènement auquel il se rapporte aura lieu obligatoirement, qu'il n'est pas contingent.
  • Dissertation de philosophie visant à comprendre si l'homme a une part de son être qu'il puisse connaître avec certitude et quelles sont les limites de cette connaissance de soi.
    № 17080 | 1,460 mots | 2 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir si l'homme peut avoir conscience de sa vraie nature.
    № 7816 | 2,980 mots | 0 sources | 2007 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir s'il est possible d'affirmer que nous nous connaissons parfaitement ou si certaines parties de nous-mêmes demeurent inaccessibles à notre pensée.
    № 8796 | 2,380 mots | 0 sources | 2006 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires