Suis-je le gardien de mon frère ? Dissertation

Suis-je le gardien de mon frère ?
Dissertation s'interrogeant sur ce qu'implique la relation fraternelle d'un point de vue moral et politique.
№ 30481 | 1,730 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le févr. 17, 2014 in Littérature , Philosophie , Religion
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Des Atrides aux Rougons Macquart, la littérature se plait à mettre en scène des familles, et particulièrement des fratries, établissant ainsi d'une part des liens privilégiés entre les individus, c'est-à-dire des relations dont les lois seraient particulières. Cependant, l'idéal religieux ou démocratique d'autre part pose comme principe le fait que tous les hommes sont frères, les relations fraternelles n'étant par là même plus que des relations entre individus égaux liés par un vivre ensemble et ayant un intérêt commun. Ainsi, on peut se demander ce qu'implique cette relation d'un point de vue moral dans la relation individuelle particulière à autrui mais aussi politique en se demandant quelle responsabilité nous avons envers nos frères, ou bien comme il est écrit dans La Bible à travers l'expression mise dans la bouche de Caïn, « suis-je le gardien de mon frère »?

1. Si le terme de frère suppose nécessairement une association d'individus égaux dans le cadre de la famille ou de la société...
2. Dire que les hommes sont frères et que chacun se doit d'avoir un droit de regard aussi bien protecteur que policier...
3. Cependant, si nous avons abordé l'acception du verbe « garder » contenu dans le sujet comme s'attachant à maintenir un état passé dans une société présente...

Extrait du document:

Cependant, on peut se demander si a nécessité de vivre ensemble n'impose pas de dépasser ce point de vue subjectif pour parvenir à une harmonie au travers du particulier, harmonie tendant non seulement à faciliter le vivre ensemble, mais bien plus, à parvenir à l'élévation, l'instauration d'une unité collective dont l'intérêt et la stabilité se devrait d'être, gardé, protégé contre un désordre, une chute. Ainsi, Antigone s'opposant aux décrets humains de la cité recouvre son frère d'un drap conformément aux rites funéraires antiques, en affirmant avoir le devoir moral et civique d'obéir à des lois supérieures et antérieures en ce que les lois divines s'intègrent à un cosmos, à un ordre du monde et sont donc supérieures aux décrets humains. Antigone se place donc en gardienne d'une nécessité cosmique. De fait, la notion de conservation présente dans le terme de gardien rejoint l'immutabilité des lois divines, en tant que garantie de ce qui est.

Commentaires