Tout ce qui est logique est-il vrai ? Dissertation

Tout ce qui est logique est-il vrai ?
Dissertation de philosophie qui analyse le rapport qu'entretient l'homme avec la vérité.
№ 13102 | 3,705 mots | 0 sources | 2008
Publié le nov. 24, 2009 in Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si on définit la vérité comme l'adéquation de la pensée et de son objet, toute vérification d'une connaissance devrait passer par la comparaison de l'objet de la pensée qu'il représente depuis un point neutre. Mais qui est capable de faire la comparaison sinon la pensée ? Elle sera à la fois juge et partie. Le sujet pensant n'accède à l'objet que par rapport à sa pensée, rejetant toujours l'en soit de la chose dans d'un au-delà inaccessible, et ce aussi longtemps qu'il conçoit la vérité à partir de l'adéquation car elle implique d'abord et définitivement dans la mesure même qu'elle essaye d'y remédier, scissions entre la pensée et l'objet.

Extrait du document:

La logisticité du réel demeura toujours au mieux un postulat réconfortant. Dans "le Timée" de Platon, l'analogie entre les propositions qui structurent le mouvement circulaire de notre âme et celles qui structurent l'âme du monde reposent sur le mythe de la création des différents niveaux psychiques selon un seul et même démiurge. Platon souligne qu'il ne s'agit que d'une histoire vraisemblable, certes utile aux progrès de la science physique au titre d'idéal régulateur, mais ce n'est qu'un objet de croyances et non de démonstration. Dès lors, la connaissance de la nature sensible fondée sur la logique sera elle-même au mieux vraisemblable et n'atteindra jamais le vrai absolu. Néanmoins si on ne refuse le postulat démiurgique qui fait de la logique une loi cosmique avant d'en faire la science de la raison en tant que faculté psychique individuelle, toute démonstration concernant la nature se réduit à un simple jeu avec des conventions abstraitement constituées par l'homme sans d'aucune pertinence pour décrire la causalité du réel. Ainsi rien ne nous assure que tous les édifices de la science moderne fondés sur la logique soient un formalisme vide. Entre l'adéquation à nous-mêmes et le réel, il y a un saut mortel.

Commentaires