Tout ce qui est vrai est-il bien ? Dissertation

Tout ce qui est vrai est-il bien ?
Dissertation qui s'intéresse au bien qui semble s'imposer de façon « naturelle » tout comme la vérité.
№ 18625 | 1,540 mots | 0 sources | 2008
Publié le août 04, 2010 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le bien est une vertu très importante. Tout homme cherche à faire le bien dans sa vie. Le bien est dicté par la religion. En effet, les Tables de la loi sur lesquelles Dieu a gravé les dix Commandements remis à Moïse, nous dictent ce que nous devons faire et ne pas faire. Or pour faire le bien ne faut-il pas d'abord le distinguer, le percevoir, le comprendre et avoir envie de le réaliser ? Alors que la vérité semble être démontrée par l'homme. Mais encore faut-il la percevoir. Ainsi pouvons-nous poser la question suivante : tout ce qui est vrai est-il bien ? Cela suppose alors que le vrai s'impose, et qu'il en est de même pour le bien. Or ne serait-il pas plutôt question de deux notions qui nécessitent la connaissance ? De plus, le bien n'émane-t-il pas de notre propre volonté, de notre liberté ? Mais il est le but ultime de notre existence, et en cela nous devons comprendre qu'il est indispensable pour vivre tout comme l'est la connaissance de la vérité. Car nous ne pouvons pas vivre une existence entière dans l'erreur, ce serait alors une triste condition humaine. Or c'est parce que nous voulons « vivre » que nous devons comprendre ce que représente le bien.

Extrait du document:

Le bien est un jugement moral, il émane de la religion. Il s'impose par la perception, la distinction entre le bien et le mal. Percevoir le bien comme bien est l'aimer et l'accomplir. En effet, si je perçois le bien comme bien, je lui obéis. Mais encore faut-il le percevoir. Une personne qui ne perçoit pas le bien ne sait pas qu'elle fait quelque chose de mal. Nous pouvons ainsi nous appuyer sur la formule de Socrate : « nul n'est méchant volontairement ». Cela signifie alors que le mal émane d'un mauvais jugement, d'une mauvaise perception. Cette perception entre le bien et le mal semble être difficile et trompeuse. Le mal émanerait-il d'une absence de volonté ? Il suffirait alors de se laisser aller sans reconnaître le mal.

Commentaires