Un personnage de roman peut-il se concevoir sans souffrance ni désillusion ? Dissertation

Un personnage de roman peut-il se concevoir sans souffrance ni désillusion ?
Dissertation qui analyse la place de la souffrance et de la désillusion comme sentiments obligatoires dans la conception d'un personnage de roman, et qui vise aussi à définir si ces sentiments sont suffisants à l'écriture d'un roman.
№ 16465 | 1,265 mots | 6 sources | 2010
Publié le juin 01, 2010 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans tous les romans, le personnage agit, cherchant souvent à lier désir et volonté. Du personnage de roman épicurien qui se bat et affronte les difficultés pour obtenir la main de sa bien aimée au personnage de roman initiatique qui cherche à découvrir de nouvelles réalités, tous sont motivés par un but et craignent l'échec et la souffrance. Dans le cas où le but est atteint, la joie de la découverte de l'élément convoité peut doucement glisser vers la désillusion. Si ce n'est pas le cas, l'histoire se clôt par une fin heureuse, proche de la célèbre formule finale du conte traditionnel : "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants." Cependant, le but du romancier n'est pas de faire rêver le lecteur d'un univers parfait et illusoire. Il le place face à sa réalité et à ses tourments pas le biais d'un personnage fictif que le lecteur peut, à sa convenance, juger, l'admirant ou le haïssant, refusant ou appréciant la ressemblance avec des tourments qu'il connaît. Dans cette optique, on peut se demander si la souffrance et la désillusion sont des sentiments obligatoires à la conception d'un personnage de roman. Qu'apportent-ils et sont-ils suffisants à l'écriture d'un roman ?

Extrait du document:

Les souffrances passées d'un personnage influent sur le présent et sur le récit de ses actions. Le personnage éponyme Aurélien, d'Aragon a été profondément heurté par la guerre et est encore troublé par celle-ci au moment de son histoire avec Bérénice. Son comportement troublant est dû à ses expériences passées qui influent sur sa relation avec Bérénice.
Dans de nombreux romans, la désillusion conduit à la dénonciation.

Commentaires