Une littérature philosophique est-elle un monstre, un hybride ? Dissertation by DIODOTE

Une littérature philosophique est-elle un monstre, un hybride ?
Dissertation analysant les liens et les différences existants entre la littérature et la philosophie.
№ 7273 | 4,170 mots | 0 sources | 2008
Publié le juil. 20, 2008 in Littérature , Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le rapport de la littérature et de la philosophie ne va pas de soi. Certains prétendent que la philosophie se distingue radicalement de la littérature, à la fois par sa forme et son contenu.
Par sa forme, dans la mesure où l’élan poétique, qui brasse des figures de style équivoques, comme la métaphore, est impropre à rendre compte du Vrai.
Par son contenu, dans la mesure où la littérature s’intéresse à des cas particuliers et ne fait pas l’effort de s’orienter vers l’universel. D’autres, au contraire, prétendent que « tout est littérature », et que la soi-disant rupture entre littérature et philosophie n’est qu’une illusion. Que serait, sinon un hybride, une littérature philosophique ?
Des écrivains se prenant à philosopher ou des philosophes se faisant écrivains (écrivants) ou les deux ? En vertu de quoi une œuvre pourrait être et philosophique et littéraire à la fois ? Un tel monstre ferait-il de la littérature une ancilla philosophiae, jugeant qu’elle est étrangère à l’acte de philosopher, à l’évocation et à la formulation de concepts ? Est-ce l’apanage de la seule philosophie de proposer un discours sur l’être et le monde, de tendre et de prétendre à l’universalité ? Il convient d’abord d’analyser en définissant l’originalité d’une littérature philosophique.
Dans quelle mesure la notion de littérature prédomine, via le roman notamment, grâce à son «extraordinaire faculté d’intégration» (M. Kundera) pour enfin mettre en relief la nécessaire et réciproque complémentarité qui lie philosophie et littérature d’un même mouvement ?

Extrait du document:

Diderot, pour suggérer sa philosophie de l’expérience, la représente allégoriquement sous les traits d’un enfant porteur d’un flambeau qui éclaire tous les recoins de l’univers. Diderot philosopherait en rêvant…En fait, si Diderot rêve, il rêve éveillé tout en philosophant vrai. Le Rêve de d’Alembert promeut un véritable projet philosophique : identifier la matière à la vie. Tout le Rêve a pour objet de rendre cette intégration, non seulement concevable, mais tangible.

Commentaires