Y a-t-il des limites à la connaissance scientifique du vivant ? Dissertation by Ifergange

Y a-t-il des limites à la connaissance scientifique du vivant ?
Dissertation qui cherche à savoir s'il y a des limites à la biologie et si celle-ci limite la connaissance du vivant.
№ 18346 | 2,275 mots | 2 sources | 2010
Publié le juil. 28, 2010 in Biologie , Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Y a-t-il des limites à la connaissance scientifique du vivant ? C'est une question qui demande réflexion. Dans un premier temps qu'est-ce que le vivant ? Le vivant qualifie un être doté de vie. Cependant un vivant est capable non seulement de faire preuve d'autonomie en arrivant à se développer lui-même mais aussi de se reproduire et enfin de réaliser un projet. Comme le dit Monod : « L'être vivant est un objet doté de projets ». Par ailleurs on se doit de définir ce qu'est alors la connaissance scientifique du vivant. La connaissance scientifique est en réalité le savoir dans le domaine scientifique c'est-à-dire ici la biologie. En effet biologie où bios veut dire vie et logos étude, n'est rien d'autre que la base d'une connaissance scientifique solide de l'homme. La question philosophique qui est ici posée est en fait : y a-t-il des limites à la biologie ? L'étude biologique limite-t-elle la connaissance du vivant ? L'étude portera dans un premier temps sur le fait que scientifiquement parlant, la connaissance scientifique du vivant est limitée puis elle s'intéressera à cette connaissance dite scientifique du vivant qui peut présenter certains avantages et pour terminer ce qu'est vraiment la connaissance autant dans le domaine physique ou plus généralement scientifique que dans le domaine philosophique.

Extrait du document:

Qu'est ce que la connaissance du vivant ? L'étude du vivant devrait se faire par l'étude de l'ensemble du vivant. En effet il s'agit de connaître le vivant dans sa globalité à défaut de s'adonner à un important réductionnisme tout comme Gérard Edelman qui ne peut s'empêcher d'unir l'âme et la matière c'est-à-dire la connaissance scientifique et la connaissance spirituelle du vivant en quelques sortes. Ici la connaissance doit faire intervenir notre conscience qui apparaît généralement comme une prise de responsabilités ou de lucidité.

Commentaires