Y a-t-il eu une révolution des transports en Europe ? Dissertation by espe224

Y a-t-il eu une révolution des transports en Europe ?
Dissertation qui se demande s'il y a effectivement eu une révolution des transports au XIXème siècle, ou si le développement des transports n'a été qu'un volet de la Révolution Industrielle qu'a connue l'Europe.
№ 3001 | 4,560 mots | 10 sources | 2008
Publié le janv. 31, 2008 in Économie , Histoire
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La Révolution industrielle prend naissance en Angleterre au XVIIIème siècle et se propage dans le continent au XIXème. Elle repose sur la jonction de l’utilisation du charbon, nouvelle source d’énergie et l’essor du machisme. Le symbole de cette révolution est la machine à vapeur.
Ainsi, les transports se voient bouleversés, mais peut-on parler de révolution ?
Celle-ci renvoie à un changement qui bouleverse l’ordre établi, ce qui pousserait à répondre positivement. Cependant, le contexte industriel pourrait réduire le développement des transports à un volet de la Révolution Industrielle. Y a-t-il donc eu une révolution des transports en Europe ?


I) Le développement des transports apparaît en Europe dans la continuité de la Révolution Industrielle et pourrait être qualifié de révolutionnaire

A) Le contexte d’essor de nouvelles techniques favorise un foisonnement de machines innovatrices
1) Les modes de transports déjà existants (navigation et roulage) améliorent leurs prestations et voient leurs trafics augmenter de façon exponentielle
2) L’apparition du chemin de fer suppose un bouleversement des moyens de transport

B) Les transports ont été pensés et administrés dans une dynamique entreprenante
1) Dans la plupart des pays européens, les sociétés privées ont été à l’initiative du développement des transports
2) Mais le rôle de certains Etats ne doit pas pour autant être sous-estimé

C) Le développement des transports ne se limite pas à l’Angleterre : il s’agit d’une contagion européenne
1) L’Angleterre, grâce à son économie et à son a été le foyer de la révolution des transports
2) La diffusion sur le continent européen s’est faite en imitation du modèle anglais


II) Cependant, il faut nuancer ce point de vue dans la mesure où ce développement apporte des changements tels qu’on ne pourrait parler d’une révolution qui n’affecterait que les transports

A) L’essor des transports a affecté les mentalités en influençant les habitudes et les identités
1) Grâce à l’amélioration des mesures de sécurité et à la réduction du temps et des coûts des trajets, les européens se tournent de plus en plus vers le tourisme et l’émigration
2) D’un autre côté, la création de réseaux nationaux de transports est aussi un facteur de cohésion nationale

B) Les villes ont encouragé ce développement des transports mais l’ont à la fois subi dans l’organisation de l’espace urbain
1) L’exemple des transports urbains de Paris montre l’ampleur de l’évolution
2) Ce développement des transports urbains est devenu une nécessité avec l’expansion urbaine

C) Le bilan économique des nouveaux moyens de transport est mitigé
1) Certes, les transports ont contribué à l’émergence d’une activité commerciale
2) Néanmoins, certaines thèses mettent en cause l’apport des transports au niveau économique



Extrait du document:

Depuis 1800, il y a en Europe un grand essor des villes. La population globale a augmenté vertigineusement, mais surtout la population urbaine. Ce fait se manifeste en Europe : en 1801, moins de 2% de la population européenne habite dans l’une des 23 villes de plus de 100 000 habitants. Enn 1913, 15% des européens y habitent.
Au début du 19ème seulement Londres et Paris comptent plus de 500 000habitants. 149 villes de ce type à la veille de la IGM.
L‘extension de la surface des villes, augmentation du nombre de leurs habitants et changements qui en résultent créent une série de problèmes radicalement nouveaux : subsistance, approvisionnement, évacuation, circulation, logement, administration, ordre public…
Distances s’agrandissent et les relations se distendent. Le pas de l’homme n’est plus à l’échelle de la cité : traction animale d’abord (omnibus tirés par des chevaux), moyens mécaniques ensuite (vapeur + électricité) tentent de s’y substituer.

Commentaires