"Critères esthétiques et jugement de goût" d'Yves Michaud Document by aurore33

"Critères esthétiques et jugement de goût" d'Yves Michaud
Commentaire portant sur un extrait de cet ouvrage qui traite du problème de la diversité des jugements et des opinions, problème central en esthétique et qu'il est possible d'illustrer par la célèbre phrase : «des goûts et des couleurs on ne discute pas».
№ 11034 | 2,270 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 14, 2009 in Littérature , Philosophie , Arts
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La question du goût en esthétique est loin d'aller de soi. Elle émerge tardivement, à la suite de la constitution de l'esthétique et d'un public. Constitution qui s'est faite en passant d'une période où le beau est quelque chose d'objectif et normé, à une période que l'on peut nommer l'esthétique du sujet, période où émerge cette question du goût. La problématique posée par cette question est la suivante : soit il existe un sens commun esthétique qui implique qu'il y ait des critères esthétiques, des goûts purs et des goûts impurs, soit il n'y a pas de sens commun esthétique ce qui implique que le goût est strictement subjectif et personnel. L'extrait étudié va de la page 56 à 61 (ed Chambon) de cet ouvrage.

Extrait du document:

Michaud débute cet extrait en parlant de la diversité des expériences esthétiques et du fait qu'elles nous font ressentir quelque chose d'esthétique sans que l'on sache ce dont il s'agit précisément. Les expériences esthétiques produisent une sensation particulière, un certain plaisir qu'il est difficile de définir, de caractériser. Il nous explique ensuite que le jugement esthétique se caractérise par son l'instabilité et sa fragilité mais également par sa prétention à être catégorique. Comprenons ici, que chaque personne qui porte un jugement esthétique sur ce qui va et ne va pas, ce qui est beau ou ne l'est pas, à la prétention d'être celui qui a le bon jugement, le jugement correct, tout en sachant pertinemment que ceux-ci sont aussi variables que les expériences et que les individus qui les jugent. C'est-à-dire que les individus savent pertinemment que les jugements portant sur une même chose sont divers et variés. D'une part ils varient selon les individus qui les portent. Et d'autre part tous ces jugements ont cette même prétention de juger péremptoirement...

Commentaires