"Etude d'après le portrait du Pape Innocent X" de F. Bacon Document by bessheron

"Etude d'après le portrait du Pape Innocent X" de F. Bacon
Dossier d'histoire de l'art qui compare l'oeuvre originale de Velasquez "le portrait du Pape Innocent X" avec la reprise qu'en a fait Bacon, empreinte de sa vision torturée de l'homme.
№ 1746 | 2,750 mots | 9 sources | 2007
Publié le nov. 14, 2007 in Histoire de l'Art
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1953, Francis Bacon, peintre avant-gardiste de l’homme dans ses souffrances intérieures, fait une reprise de la toile du Pape Innocent X du peintre espagnol Diego Vélasquez, à trois siècles d’intervalle. La toile du peintre irlandais s’inscrit dans une série de tableaux représentant d’autres papes, dans des attitudes de douleur. En quoi cette étude d’après "le portrait du pape Innocent X" de Vélasquez, se démarque-t-elle des toiles qui l’ont précédées et qui la suivront ?

I. Un début de vie difficile qui se ressent sur la technique du peintre

1) Vie
2) Technique et théorie

II. Description de la toile "Étude d’après le portrait du pape Innocent X" par Vélasquez

III. Une vision torturée de l’humain

1) Des influences
2) Une reprise
3) Une réinterprétation

Extrait du document:

Dans un espace obscur et sans repère, un pape, assis de trois quarts dans un trône jaune d’or, se crispe dans une attitude de douleur intense. Seule la partie supérieure de son corps est représentée, ses jambes n’existent pas. Des barres de métal doré entourent et traversent le personnage, qui semble presque léviter à juger les stries, à la base du trône, qui montent vers le sommet de la toile. Un rideau translucide cache et traverse le pape, créant ainsi une impression de mouvement et de vibration violente, comme si le personnage allait imploser.
L’espace du tableau est créé par une épaisse couche de peinture (« peau d’hippopotame ») qui fait apparaître la figure dans la densité sombre du tableau. La matière est noire et la figure ne trouve que partiellement de la lumière, tentant de percer l’obscurité. La structure tubulaire du tableau creuse l’espace sans pour autant lui donner de l’épaisseur, et enferme le pape. Ce type de structure géométrique est récurrent dans les toiles du peintre : elle fait partie du « lexique de signes » du peintre, où l’on retrouve également, la tête hurlante.
  • Commentaire philosophique du paragraphe 151 de la préface du "Novum Organum" de Bacon traitant de la théorie de la connaissance.
    № 2439 | 3,270 mots | 0 sources | 2007 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé qui propose une analyse de la stratégie financière de l'entreprise X mais également une comparaison de son marché ainsi que de ses concurrents, notamment à l'aide des ratios du secteur.
    № 8023 | 7,815 mots | 1 source | 2008 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un texte extrait de la branche X du Roman de Renart, qui montre en quoi ce texte constitue une caricature de la société médiévale du XIIème siècle.
    № 3364 | 4,880 mots | 13 sources | 2007 | détails
    12,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires