L'exercice de la citoyenneté : la formation de l'électorat Document

L'exercice de la citoyenneté : la formation de l'électorat
Plan détaillé de 3 pages très complet et illustré par de nombreux exemples historiques représentatifs sur la question de la constitution de l'électorat comme enjeu majeur de la réalisation d'une citoyenneté effective.
№ 11221 | 1,670 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 26, 2009 in Histoire , Droit , Sciences Politiques , Sociologie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

A première vue, et tout particulièrement aux yeux des doxas contemporaines, les concepts de citoyenneté et d'électorat peuvent paraître relativement similaires. En effet, on entend aujourd'hui par «citoyenneté», le fait de posséder le droit de vote aux consultations politiques, de jouir de l'éligibilité et de l'exercice des libertés publiques mais également d'avoir accès aux fonctions d'autorité dans l'appareil de l'Etat. Incarnation première de la citoyenneté, le jus suffragii (ou droit de vote) est le droit dont bénéficie l'électeur d'élire et de choisir ses représentants.

I/ La création de la figure idéal-typique du citoyen-électeur
A- La sacralisation de l'idéal type du citoyen
B– Discordance entre idéal type et réalité sociologique du citoyen
ou l'exclusion d'une majorité de citoyens du corps électoral

II/ L'avènement progressif d'un corps électoral souverain : l'universalisation du suffrage
A– La consécration d'une citoyenneté effective
par le vecteur fondamental du suffrage universel
B– Le triomphe de l'électeur : vers une nouvelle conception de la citoyenneté


Extrait du document:

Si les statuts de citoyen et d'électeur apparaissent comme consubstantiellement liés, il convient nonobstant de souligner qu'être citoyen n'implique pas obligatoirement jouir du droit de vote. Ainsi, en France, la constitution du 3 septembre 1791 instaurant une monarchie constitutionnelle, introduit durablement la règle du suffrage censitaire (à travers laquelle seule une infime partie des citoyens bénéficiait du droit de vote, celle s'acquittant d'un certain niveau de cens, c'est-à-dire d'impôts) et consacra la distinction antithétique fondamentale entre «citoyen actif» et «citoyen passif».

Commentaires