La philosophie de Diderot dans "Jacques le Fataliste" Document by Milyang

La philosophie de Diderot dans "Jacques le Fataliste"
Etude qui propose une réflexion à propos de la philosophie que véhicule l'oeuvre de Diderot. La question récurente étant : "Sommes-nous libres ou est-ce le destin qui nous mène ?".
№ 6046 | 6,240 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 30, 2008 in Littérature
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La forme du roman constitue en elle-même un acte philosophique. Diderot pose la question de la liberté et de la responsabilité humaine, et cherche à les relier à ses positions matérialistes.
Le livre prend la forme d’un débat qui laisse les réponses en suspens, ou laisse le soin au lecteur de les formuler. C’est le questionnement plus que la réponse qui intéresse Diderot.

I. Un roman dont la forme exprime la philosophie de la nature de Diderot

II. Le débat sur la liberté dans Jacques le Fataliste

III. Les références philosophiques

IV. Les théories philosophiques des personnages du roman

V. Les épisodes du roman

VI. Comment exercer sa liberté de pensée ?

Extrait du document:

Un autre élément illustre la fécondité et la liberté de la nature : l’enfant naturel. Il est le fruit de la nature, il dépasse les cadres sociaux, se moque bien des conformismes, et peut faire naître des choses nouvelles. Jacques donne l’exemple de Cromwell, «sorti de la boutique d’un brasseur », qui « fit couper la tête à son roi». Or l’enfant naturel est un thème récurrent dans le roman : d’abord c’est pour aller voir l’enfant naturel de Saint Ouin et d’Agathe que le Maître voyage, et c’est le terme du roman. «Voilà un enfant de fait, Dieu sait comment ! Qui sait le rôle que ce petit bâtard fera dans le monde ?» J8 Mais il y a aussi l’enfant naturel de Desglands, l’enfant de Prémonval et de mademoiselle Pigeon : «Un des professeurs, Prémonval, devint amoureux de son écolière, et tout à travers les propositions sur les solides inscrits à la sphère, il y eut un enfant de fait.» Sans compter tous les rejetons de Frère Jean avec les filles qu’il a «mariées».

Commentaires