Les forme intermédiaires de l'oralité musicale Document by nestelle

Les forme intermédiaires de l'oralité musicale
Analyse ethnomusicologique du phénomène de l'oralité musicale, notamment celui de la poésie chantée, au travers de deux articles d'ethnomusicologues, J.Molino et F.Giannastasio.
№ 12931 | 4,430 mots | 2 sources | 2009
Publié le oct. 25, 2009 in Anthropologie , Littérature , Musique , Linguistique
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Alors que les sociétés orales restent le terrain privilégié de l'ethnologue et plus particulièrement de l'ethnomusicologue, l'oralité est, elle, paradoxalement, peu étudiée. On ne conçoit l'oralité que par rapport à ce qui nous semble être son contraire, l'écriture. On voudrait opposer deux mondes, deux intelligences, dont les conceptions et la construction seraient diamétralement différentes.
Or il existe une multitude de formes intermédiaires entre l'oralité et l'écriture pures, tout comme il existe une multitude d'oralités et une multitude d'écritures.
Peut-on alors réellement dissocier les diverses traditions musicales à travers le monde selon une bipartition hermétique ? L'œuvre orale possède-t-elle des traits spécifiques qui l'opposent à l'œuvre écrite ? Et la musique, peut-elle être simplement définie par ses composantes purement musicologiques ou doit-on élargir son champ aux multiples formes de langage formalisés ?

1. Oralité musicale
2. Les procédés de formalisation de l'oralité musicale
3. La musicalité du langage

Extrait du document:

Les articles de Molino et de Giannasttasio tentent chacun à leur manière d'établir des frontières entre d'une part, oralité musicale et tradition musicale écrite, et d'autre part entre langage parlé et langage chanté. Ils cherchent à définir ce qui les différencie : leurs procédés de formalisation, leurs fonctions, leur apprentissage… Ils font un état des lieux des travaux réalisés dans ce domaine, et observent leurs lacunes.
Mais ils insistent en même temps sur la nécessité de sortir des dichotomies établies. Ils s'intéressent à ces formes intermédiaires de l'oralité musicale, notamment la poésie, qui, à bien des égards, revêt le sens profond de la musique. Par leur réflexion, ils incitent l'ethnomusicologue à aborder le monde de l'oralité musicale de manière plus fluide et à repenser les concepts qui lui sont attachés : la musique, l'oralité.

Commentaires