Les mises en scène de la Tétralogie de Wagner Document

Les mises en scène de la Tétralogie de Wagner
Analyse et étude des mises en scène du Ring de Wagner selon les versions de Adolphe Appia et de Patrice Chéreau lors du centenaire du festival d'opéra de Bayreuth.
№ 14317 | 5,910 mots | 11 sources | 2010
Publié le mars 18, 2010 in Danse et Théâtre , Musique
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

C'est au nom de l'infidélité des metteurs en scène à Wagner que les scandales de Bayreuth ont toujours éclaté. Cela suggère qu'il existe une « essence » intangible de la tétralogie qu'il conviendrait de retrouver, et un sens clair du Ring qui correspond à des intentions précises de Wagner, et que l'objectif d'une mise en scène, et donc d'une interprétation, est de restituer ces intentions et ce sens, qui pourtant datent de plus de cent ans. La mise en scène est depuis un siècle un art à part entière. Mettre en scène une composition d'un autre auteur est donc comme une réécriture, car il s'agit d'une interprétation très personnelle de l'œuvre.

Extrait du document:

La Tétralogie du centenaire est le résultat de la rencontre entre le texte de Wagner et le stock personnel de Chéreau. Le metteur en scène ne s'intéresse qu'au texte à interpréter, et fait réellement une interprétation très personnelle du Ring, n'étant pas alourdi par le poids d'une tradition (Chéreau ne connaissait que très peu Wagner, et est issu d'une famille où l'on décrétait que « Wagner n'était qu'ennuyeux et pesant »1). Il a cependant quelques réminiscences du mythe du Nibelung, qu'il a étudié au lycée. Mais se plongeant dans le texte de Wagner, une grande déception l'attend. Siegfried n'est pas le héros sauveur de l'humanité qu'il attendait ! Et ce qu'il perçoit de plus important dans l'histoire, c'est la critique du pouvoir. Chéreau fait de son Ring une allégorie pour l'homme d'aujourd'hui.

Commentaires