"Les Nymphéas " de Claude Monet Document by tipieds2

"Les Nymphéas " de Claude Monet
Analyse et commentaire de l'oeuvre de Claude Monet, Les Nymphéas, qui montre comment elle va bouleverser les normes de l'espace et de l'illusionnisme.
№ 1561 | 2,210 mots | 1 source | 2007
Publié le oct. 25, 2007 in Arts Plastiques / Dessin , Histoire de l'Art
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Monet, dont la toile "Impression, soleil levant" exposée en 1874 donne à un critique l'occasion de forger le nom qui va devenir celui de l'école, est un vétéran de l'Impressionnisme.
Dans sa propriété de Giverny, où il réside de 1883 jusqu'à sa mort en 1926, Monet crée de toute pièce son jardin : le bassin aux nymphéas devient son laboratoire esthétique. Il donne à sa série de huit tableaux, le nom de Nymphéas. Ils sont aujourd'hui encore exposés au musée de l'Orangerie à Paris.
Cette étude montre en quoi cette série de tableaux symbolise la rupture de l'art moderne avec l'Académisme, en rompant avec la volonté de rendre une vision la plus précise que possible de la réalité.

Extrait du document:

Les normes de l'art du paysage volent en éclats : c'est une peinture sans dessin. Monet abolit les contours. Il procède à des aplats de couleurs : il superpose les touches de couleurs sans les délimiter. C'est la couleur qui crée les formes et les contours. Il y a fusion des objets dans un chevauchement de formes fluides. La touche est totalement libre et par conséquent gestuelle; on devine les mouvements du pinceau. Il y a un mélange de vigueur et de délicatesse dans sa manière de peindre. La végétation du bord, et tout particulièrement les branchages des saules pleureurs, sont peints dans un mouvement ample, harmonieux, presque langoureux. Les traits sont propres et contrôlés. Tandis que lorsqu'il représente l'eau nous avons plus de mal a distinguer les gestes, on devine des mouvements frénétiques en forme de ronds. On peu d'ailleurs noter la contradiction entre la manière de peindre l'eau (frénétique) et le fait que l'eau du bassin est stagnante. Serait-ce un clin d'œil de Monet à l'idée qu'il faut se méfier de l'eau qui dort ?

Commentaires