L'incident diplomatique entre la Bolivie et l'Europe Dossier de Presse

L'incident diplomatique entre la Bolivie et l'Europe
Dossier de presse se demandant en quoi, dans un contexte de crise économique globale comme à présent, l'incident diplomatique entre la Bolivie et l'Europe nous averti d'une plus grande vitalité des alliances et unions dans les pays dits du «sud». (PDF)
№ 30877 | 6,255 mots | 56 sources | 2013 | FR
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Notre sujet sera l'analyse de la couverture médiatique de l'incident diplomatique qui survint le 2 juillet 2013 entre le président de la Bolivie, Evo Morales, et plusieurs pays européens qui lui ont interdit le survol aérien de leur territoire, car ayant reçu l'information selon laquelle le président bolivien tentait d'extrader le fugitif Edward Snowden à bord de son avion présidentiel. Les enjeux de l'affaire Snowden/Morales vont évidemment bien au-delà de l'affaire elle-même, car ils questionnent les pays quant à leur éthique, leur souveraineté, leur rapport à la dissidence, leurs alliances et ennemis, etc. Puis discutent les actes en termes de démocratie et de respect du droit. Enfin, par une malheureuse définition de deux camps opposés, d'oppresseurs et de victimes, l'affaire redonne à penser l'avenir géopolitique mondial. Ainsi nous n'exclurons pas dans cette étude le fait de s'éloigner par moments de l'incident diplomatique lui-même pour questionner ces enjeux.

1. Rappel des faits
2. Méthodologie et corpus
3. Revue de presse
4. Presse bolivienne

Extrait du document:

À son retour en Bolivie, Morales est chaleureusement accueilli par son peuple, un peu comme un «martyr». Il exprime alors son indignation et sa colère, et ce au nom de l'Amérique Latine, sur la manière dont a été bafoué le droit international. Ce seront alors pratiquement tous les pays d'Amérique du Sud qui soutiendront Morales (Argentine, le Venezuela, l'Équateur, le Nicaragua, le Suriname, l'Uruguay et Cuba) via des communiqués. Les ambassadeurs de 3 pays (Italie, France, Espagne) ainsi que le consul du Portugal seront convoqués à La Paz.

Commentaires