L'impact économique de la traite négrière sur la ville de Nantes au XVIIIème siècle Ecriture d'Invention

L'impact économique de la traite négrière sur la ville de Nantes au XVIIIème siècle
Journal de bord d'un armateur nantais, au XVIIIème siècle narrant la préparation du voyage, le voyage, et le retour sur Nantes tout en exposant les raisons pour lesquelles la traite négrière a permis à une ville tels que Nantes, de s'enrichir.
№ 21474 | 2,170 mots | 5 sources | 2008
Publié le nov. 30, 2010 in Histoire , Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Je me présente, je m'appelle Joseph Maurouin. J'ai décidé d'écrire mon propre carnet de bord, pour que la vie des armateurs ne soit pas oubliée. Mon père, Maturin Maurouin était lui-même armateur.
Il construisît sa richesse grâce à la traite négrière. A l'âge de ses 23 il rencontra ma mère, Petrie Van Loon, lors d'un périple en Hollande. Il y était parti pour affaires. De leur union je naquis en 1748. Je fis mon premier voyage sur un navire négrier en 1751, j'étais alors âgé de 16 ans. Mon rôle à bord de ce vaisseau n'était que peu important, puisque je fus un simple pilotin*. Je me plu à arborer de nouvelles terres. Ma carrière était déjà tracée. Je devais succéder à mon père et ce périple me conforta dans mon idée. En 1767, j'entrepris ma propre expédition en tant que négociant* armateur du bateau nommé l'Espérance.

I/ Les préparatifs de l'armateur
II/ Le voyage et la traite
III/ Le retour et l'économie

Extrait du document:

La mise- hors est un regroupement de plusieurs armateurs ainsi que de banquiers nantais. Cette association me permet à moi ainsi qu'à d'autres armateurs d'avoir un financement plus que considérable pour nos expéditions. Les fonds propres de notre société s'estimeraient entre 400 000 et 500 000 livres. C'est le maximum qu'ils puissent débourser.

Commentaires