La politique économique et financière d'une entreprise Étude de Cas

La politique économique et financière d'une entreprise
Etude de cas, illustrée de tableaux et de graphiques, qui évalue les performances réalisées par une entreprise en utilisant ses chiffres annuels (comptes de résultat, bilans...)
№ 1334 | 4,065 mots | 0 sources | 2007
Publié le sept. 20, 2007 in Comptabilité , Gestion
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il n'est pas toujours évident d'évaluer les performances d'une entreprise. Pour se faire, il est nécessaire de suivre un plan bien défini et structuré. L'analyse doit être fine et capable de rapprocher plusieurs informations.

Préambule : diagnostic flash

A. Analyse de la politique économique

1) Traits de caractère de la politique économique

2) Evolution globale de l’activité

3) Analyse de la performance économique
a) Analyse de la performance d’exploitation
b) Synthèse « rentabilité économique »

B. Analyse de la politique financière

1) Analyse des flux de liquidité générés par les opérations économiques

2) Flux de liquidité induits par la politique financière de l’entreprise

3) Conséquence de la politique financière pour le banquier

4) Conséquence pour l’actionnaire de la politique financière

Synthèse

Extrait du document:

De 2000 à 2002 :
Le taux de marge brute est resté inchangé (cf taux de conso. de MP et de ST);
Le poids des frais généraux a légèrement augmenté compte tenu de la légère baisse du chiffre d’affaires ; ce qui s’est traduit par une baisse du taux de VA
Le volume d’activité généré par l’outil économique (ratio P/ Effectif) est lui même amélioré
L’effet conjugué de la baisse du taux de V.A. et de l’amélioration du volume d’activité s’est traduit par une augmentation d’environ 3K€ de « VA/ Effectif. » Avec 72K€ l’importance de la valeur ajoutée reste assez satisfaisante et permet d’assurer une rentabilité d’exploitation suffisante.
En 2003 :
On constate cette année-là que l’entreprise a su faire preuve d’anticipation de façon à diminuer le niveau de production pour pallier la chute du niveau d’activité et ainsi garder un taux convenable (60%).
Dans ces conditions, pour faire face à des contraintes de baisse de production conjoncturelle, l’entreprise a dû réduire son effectif passant de 11 à 6 en 2003.
Le ratio «Production/effectif» a pu alors augmenté également (132K€).
Tout de même, la chute de « V.A. créée par individu » de 12K€ qui se traduit par une nouvelle baisse de la profitabilité (13,7%) et de la rentabilité d’exploitation qui atteint un niveau assez bas critique de 5,6% contre 11% en 2000.

Commentaires