Affaires des Bacchanales Exposé by GeorgesLemardeley

Affaires des Bacchanales
Exposé sur les Bacchanales, crise majeure de la République romaine en 186 avant J-C.
№ 13613 | 2,720 mots | 6 sources | 2010
Publié le janv. 28, 2010 in Histoire
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'affaire des Bacchanales a donné lieu à ce que Jean-Marie Pailler appelle une « spirale de l'interprétation », dans les débats d'historiens et dans la Rome républicaine du IIe siècle avant notre ère. Cela a clairement deux causes : le caractère mystérieux des pratiques bachiques qui aujourd'hui encore restent peu connues, d'une part, et l'incroyable retentissement que l'affaire connait en 186 et après. L'extrait présenté ici se trouve au livre 39 de l'Histoire romaine de Tite-Live et est longtemps resté une des seules sources utilisables pour connaitre l'affaire des Bacchanales.

1.Bacchanales mystérieuses
2.Réprimer pour réaffirmer les valeurs de Rome
3.L'affaire comme signe d'une société bouleversée

Extrait du document:

Tite-Live avance le chiffre de 7000 bacchants, en disant bien qu'il s'agit d'une rumeur. Ce qui est plus intéressant et plus important, c'est qu'ils se trouvent dans toute l'Italie. La peur des citoyens est en fait double : être inculpé, dénoncé ou mis en cause dans l'affaire. Tite-Live insiste sur l'ambiance de peur générale, due notamment au fait que la dénonciation est le principe premier de la répression puisqu'en réalité les magistrats ne possèdent pas d'autre source d'information que le peuple lui-même pour la mener. L'autre source de la peur, qui touche aux structures même de la société, est l'idée qu'un réseau puissant a pu se développer à l'intérieur des frontières. A ce moment où Rome est sorti vainqueur de la deuxième guerre punique et que selon Jean-Michel David les conditions à l'essor de l'impérialisme sont réunies, la peur de l'ennemi de l'intérieur, qui peut remettre en cause la cohésion de la République, est d'autant plus grande que les ennemis de l'extérieur disparaissent.

Commentaires