Boris vian et le jazz Exposé by haikey13

Boris vian et le jazz
Exposé qui tente d'expliquer comment Henri Salvador est amené à dire peu après la mort de Boris Vian : "Il était amoureux du jazz, ne vivait que pour le jazz...".
№ 8549 | 6,870 mots | 4 sources | 2004
Publié le oct. 29, 2008 in Danse et Théâtre , Cinéma , Littérature , Musique
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Boris Vian est né en 1920 à Ville d'Avray. Son père, est un jeune rentier cultivé et original. Boris est précoce, il fait de brillantes études et rentre ensuite à l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures. A 17 ans, il débute l'apprentissage de la trompette. Ses débuts sont modestes, il anime des «surprise-partie».
Néanmoins, il se passionne vite pour le Jazz. En été 1940 : la débâcle de l'armée française. les Vian se réfugient à Cap Breton, dans une propriété appartenant à la famille. La jeunesse dorée et désœuvrée comble l'ennui en donnant surprise-partie sur surprise-partie. Le jazz est bien sûr de la fête, mais il n'est alors uniquement prétexte pour Boris qu'à danser et multiplier les conquêtes !

I. Boris Vian : sa vie, son œuvre

1. Rapide présentation de Boris Vian
2. La découverte du jazz : Boris Vian et les Zazous
3. L'Après-guerre

II. Apport de la pensée de Boris Vian au Jazz

1. Un nouveau ton
2. Le Be-Bop
3. Le combat social

III. Apport du Jazz à la pensée de Boris Vian

1. Thèmes récurrents
2. Swing et Style
3. Le jazz et la mort

Extrait du document:

Les «Zazous», c'est cette jeunesse frondeuse, qui, sous l'occupation, s'habillait «à la Cab Calloway» : veste longue, pantalon resserrés à la cheville, coiffure verticale au-dessus du front et tombant sur la nuque, jupe courte pour les filles et chaussures à talons (de bois). Les Zazous étaient fan de jazz, mais souvent peu exigeant sur la qualité. Ils contribuèrent en tout cas au succès des musiciens locaux de l'époque : Django Reinhardt en est l'exemple le plus marquant. Pour les fascistes, ils symbolisaient une des formes de la décadence judéo-négro-américaine.
La prise de conscience politique de Vian est sans doute en grande partie due au jazz, qui était sous l'occupation un moyen de sortir de la norme, de résister à sa façon, bien que celle ci ne soit guère spectaculaire. Il est difficile de savoir quand le jazz pour Vian a cessé d'être uniquement une musique festive, pour devenir une musique revendiquante et humaniste, mais une chose est certaine : cette ouverture d'esprit par le jazz, Vian la conservera toute sa vie.
  • Réflexion sur le film « The Very Black Show », de Spike Lee se demandant si "le Noir" reste ce personnage drôle et stupide dans l'imaginaire collectif blanc américain.
    № 26180 | 2,290 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture sur le livre « J'irai cracher sur vos tombes » de Boris Vian avec une explication de la dualité du personnage de Lee.
    № 18810 | 1,095 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé portant sur l'artiste peintre Jean Dubuffet et le contexte de la réalisation de son œuvre Jazz band en 1945.
    № 12075 | 2,625 mots | 7 sources | 2009 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires