Breveter son innovation Exposé by celia

Breveter son innovation
Exposé en économie de l’information et Knowledge Management se demandant s'il est possible de considérer le brevet comme actif financier ou comme quasi-actif financier.
№ 31091 | 4,200 mots | 15 sources | 2014 | FR
Publié le oct. 30, 2014 in Économie , Droit
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'économie « de la connaissance » connait aujourd'hui des évolutions rapides, la circulation et la diffusion de nouvelles idées incitent les entreprises à se développer rapidement, être plus performantes et plus compétitives sur le marché, d'où l'importance de breveter son innovation. De ce fait, le brevet est un titre qui garantit un droit exclusif d'usage d'une innovation à celui qui en est propriétaire, il assure « une privatisation d'une connaissance faisant partie du patrimoine commun de l'humanité » pour une durée de 20 ans, En plus de cela, les firmes recherchent la rentabilité maximum, que pourrait générer cette innovation protégée, notamment en distribuant des licences de droit d'exploitation aux agents potentiellement intéressés. Les actifs de propriété intellectuelle deviennent alors, un dispositif au cœur de la stratégie d'entreprise.

Partie 1 : Les récentes transformations dans les usages du brevet comme un quasi-actif financier
Partie 2 : Les formes de la financiarisation du brevet par de nouvelles institutions
Partie 3: Le décalage entre les normes de comptabilité et de reporting extra financier

Extrait du document:

Le financement de l'innovation de type capital risque, fondé par les institutions de financements d'innovations, qui prennent comme élément de garantie le brevet lors d'un prêt. La plus part des sociétés qui font appel à ce type de financement sont des start-up ou des PME, dont les capacités d'autofinancement sont négatives, compte tenu du faible chiffre d'affaire et des charges de R-D et de personnel élevées. Les projets sont d'autant plus risqués que les coûts ne pourront être amortis que sur des marchés en devenir.

Commentaires