Commémorer la guerre d'Algérie Exposé by melaniepg

Commémorer la guerre d'Algérie
Exposé qui cherche à comprendre l'absence de consensus autour de la guerre d'Algérie.
№ 21692 | 8,530 mots | 32 sources | 2010 | FR
Publié le déc. 12, 2010 in Histoire , Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Sous un angle « théorique » le « devoir de mémoire » né, avant d'intégrer le langage courant, lorsque l'éditeur français de Primo Levi réalise la traduction de son ouvrage posthume et l'intitule « devoir de mémoire » en 1995. En 1986, Serge Barcellini à l'occasion d'un colloque sur le procès de Nuremberg évoquait « le devoir de mémoire permanent ». L'expression devient « populaire » lors du 50e anniversaire de la libération des camps. Primo Levi utilisa le terme de « devoir de mémoire » en 1993 pour parler de son inquiétude du rapport que les générations futures entretiendraient à Auschwitz. « L'appel à la jeunesse » qui s'organise après 1954 pour perpétrer le souvenir de ce qu'a été la déportation reprend cette expression. Il s'agit de ne jamais oublier. Le génocide arménien, le sort de son premier sens lié à la seconde guerre mondiale. Le « devoir de mémoire » est devenu indissociable de l'idée de commémorer, sans commémorer nous oublierions. « Le souvenir est une arme, une arme politique dans son essence même ».

I) Question de la commémoration
II) Analyse d'une situation d'enquête

Extrait du document:

Choisir une commémoration, une date nationale qui soit justifiée aux yeux de tous et toutes est le fruit de fenêtres d'opportunité politique1 et/ou le travail de lobbying d'un groupe de pression X. Il me paraissait dès lors intéressant de rencontrer deux sphères celle de la politique et celle du corps diplomatique algérien. En ce qui concerne le corps diplomatique l'hypothèse de départ était la suivante : Dans ses missions, il peut poser les faits, les attentes des uns et des autres, et évoquer les enjeux qu'il y a entre la représentativité des différentes « communautés » et l'oubli des autres. Ce qui aurait pu permettre de regarder les poids et conséquences du choix de telle date ou des non choix. Il n'y a eu de « refus » d'en parler, les guillemets parce qu'il s'est produit une explication de texte, une sorte de refus dans l'acceptation pour justifier qu'il n'y avait pas à chercher plus loin que ce qu'il y avait dans les faits historiques, mais aussi l'évacuation de la communauté harkis.

Commentaires