Déclarations des droits de 1789 et 1793 Exposé by Diane

Déclarations des droits de 1789 et 1793
Exposé qui compare les Déclarations des droits de 1789 et 1793 et portant sur les aspects historiques, les enjeux et les visions de la société qui ont parcouru les deux projets à l'origine de ces deux Déclarations.
№ 28702 | 2,700 mots | 2 sources | 2012 | FR
Publié le août 24, 2012 in Histoire , Sciences Politiques
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Comme la déclaration américaine de 1776, la Déclaration des droits de 1789 a pour objet de fonder un nouveau contrat social dans le droit naturel et d'énumérer solennellement les droits imprescriptibles que chaque contractant possède et que l'entrée en société lui garantit. Ces droits sont proclamés après une violente rupture révolutionnaire avec le passé national, contre l'ancienne société qui les bafouait. Il y a donc en premier lieu le désir de proclamer les droits naturels de l'homme, pour qu'ils ne puissent être ignorés. Mais dans la Déclaration des droits, contrairement aux Etats-Unis, c'est la loi, produite par la nation souveraine, qui est placée en suprême garantie des droits. C'est à la société d'assurer les droits des individus, par l'intermédiaire de la loi, « expression de la volonté générale ».

1. Deux déclarations à portée révolutionnaire
2. La Déclaration de 1793 hérite des principes de 1789 tout en instaurant une rupture profonde basée sur leur ambiguïté

Extrait du document:

Le texte d'introduction de la Déclaration de 1789, dont les lignes directrices sont reprises par la Déclaration de 1793, insiste sur la nécessité pour les hommes et les gouvernements de connaître et de respecter les droits naturels de l'Homme, qualifiés d' « inaliénables et sacrés ». Héritiers des idées des Lumières, les révolutionnaires croient en effet à l'existence de droits intrinsèques à l'homme et qui doivent êtres respectés. Or, si les députés assemblés en 1789 puis en 1793 considèrent qu'il faut faire une Déclaration officielle des droits de l'homme, c'est qu'ils constatent que ceux-ci n'ont pas été respectés par les gouvernements qui les ont précédés. Les deux textes énoncent que « l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics/du monde » (ce changement d'échelle est intéressant à constater).

Commentaires