Des Treize Colonies à l'indépendance, la genèse du modèle américain Exposé

Des Treize Colonies à l'indépendance, la genèse du modèle américain
Exposé portant sur l'émancipation américaine.
№ 22441 | 2,185 mots | 5 sources | 2011
Publié le févr. 01, 2011 in Histoire , Relations Internationales
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si on considère le XVIIIe siècle comme le siècle de l'avènement des régimes modernes, l'étude de la genèse du modèle américain prend tout son sens. Tout d'abord évidemment pour la puissance que représente les Etats-Unis dans le monde actuel, et dont le fonctionnement et la réussite ne peuvent se comprendre que par l'histoire. D'autre part parce que c'est un événement inédit et sans précédent qui est caractéristique de ce XVIIIe siècle, mais qui est également un élément fondateur du XIXe siècle à venir en ce sens qu'il influence de nombreux mouvement ultérieurs comme la révolution française. La compréhension de cette genèse est donc indispensable pour appréhender à la fois le XVIIIe siècle, le XIXe siècle, voire même le temps présent. Treize colonies : Virginie, Massachussetts, New Hampshire, Maryland, Connecticut, Rhode Islande, Delaware, Caroline du Nord, Caroline du sud, New Jersey, New York, Pennsylvanie et Géorgie. Problématique : En quoi la révolution américaine marque-t-elle un événement à la fois inédit et fidèle du siècle des Lumières ?

1) A l'origine des Etats-Unis d'Amérique : Les Treize colonies
2) La guerre d'indépendance
3) Une révolution politique qui donne naissance aux Etats-Unis d'Amérique

Extrait du document:

C'est une guerre inégale car les milices coloniales ne valent pas la puissance de l'armée britannique. En effet, elles sont moins bien entrainée et dispose d'un moins bon équipement. Un second congrès continental est réuni le 10 mai 1775 et confie à Georges Washington, jeune milicien qui s'illustra lors de la guerre des 7 ans contre la France, le commandement des forces armées des colonies nord-américaines. La victoire paraissait très difficile pour les insurgents qui ne disposaient pas des richesses nécessaires pour mener une importante guerre de front, d'où un nombre important de déserteurs. Ils cherchent ainsi des alliés, comme le Canada. Ils envoyèrent même la « pétition du rameau d'olivier » le 8 juillet 1775 au Roi George III pour tenter de mettre un terme à la guerre, mais ce dernier, résolu, refusa. Les milices perdent la bataille de Bunker Hill en juin 1775, et elles se retirent du Canada qu'elles avaient envahi le 13 novembre 1775, découragée par la rudesse de l'hiver l'opposition des populations. Ainsi, la guerre semble perdue.

Commentaires