État et religion en France et aux Etats-Unis Exposé

État et religion en France et aux Etats-Unis
Exposé qui explique comment l'histoire respective de la France et des États-Unis a pu contribuer à l'émergence de rapports antagonistes entre politique et religion.
№ 17843 | 5,215 mots | 0 sources | 2010
Publié le juil. 14, 2010 in Histoire , Droit , Sciences Politiques , Religion
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Nous avons aujourd'hui deux États démocratiques et laïques, qui se revendiquent de principes universels, terres de tolérance et de libertés.
Les États-Unis et la France sont deux états - qui à la fin du XVIIIe siècle - connaissent une révolution majeure démocratique et nationale portée par les idéaux des Lumières et nourrie par les échanges transatlantiques.
Pourtant, on observe deux conceptions nettement différentes de la séparation des églises et de l'Etat et de la notion de laïcité. On étudie à travers la laïcité les rapports entre religieux et politique : non seulement la non-intervention du politique dans le religieux (neutralité de État) mais également la non-intervention du religieux dans le politique (autonomie du politique). Il s'agit d'un concept théorique voire d'un idéal vers lequel les États modernes tendent sans pour autant signifier qu'en pratique la laïcité en tant que telle connaisse une application parfaite et irréprochable.

1. Un antagonisme originel : la confusion politico-religieuse française et la souveraineté monopolistique de l'autorité politique américaine 
2.La France et les Etats-Unis : Deux modèles de réponse à la question centrale de l'autonomie des sphères politique et religieuse 
3. Des circonstances historiques de construction de l'Etat et de rapports au religieux donnant naissance à deux conceptions de la laïcité

Extrait du document:

L'histoire de la construction de l'Etat en France – considérée comme étant la « fille aînée de l'Église » depuis Clovis – est indissociable du poids prépondérant du catholicisme dans la société mais également de l'autorité papale qui a nourri des siècles durant la tension entre autorité religieuse et autorité politique. L'ambition papale de voir l'Église rayonner et de s'imposer en « vicaire du Christ » sur Terre contrariait la volonté du roi d'être « empereur en son royaume » et libéré de l'emprise de Rome. Le catholicisme a longtemps affirmé sa volonté originelle de réguler le politique ou du moins de le contrôler, l'encadrer afin qu'il puisse opérer en conformité avec les enseignements divins et réaliser l'osmose entre le temporel et le spirituel – garantie incontestable d'une société harmonieuse, pieuse et d'une autorité religieuse puissante. Le pape situé au sommet de cet ordre hiérarchisé n'a pas toujours tenu manifesté avec la même intensité son désir d'englober le politique.

Commentaires