Faire grève au XIX siècle Exposé by Nathalia

Faire grève au XIX siècle
Exposé d'histoire revenant sur le changement de la législation au XIXème ayant bouleversé le droit de grève en France.
№ 13022 | 2,200 mots | 0 sources | 2009
Publié le oct. 31, 2009 in Histoire
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Paradoxalement, après la Révolution française, les mouvements revendicatifs sont interdits. La loi le chapelier de 1791 dissout tous les groupements sous délit de coalition. Sous le Consulat, l'Empire et la Réstauration, la grève est sévèrement réprimée. Ce n'est qu'à partir de la Monarchie de Juillet que la grève commence à prendre une place de plus en plus importante dans la société.

1.Les facteurs qui expliquent les grèves au XIXème siècle
2.Faire grève, entre marginalité et légalité
3.La reconnaissance de la grève comme un fait social majeur

Extrait du document:

Dans les dernières années du Second Empire, la loi Ollivier du 25 Mars 1864, remplace le délit de coalition par celui d'atteinte « au libre exercice de l'industrie ou du travail », mais n'interdit en aucun cas le regroupement d'ouvriers revendicant des acquis sociaux. Les mois qui suivent l'adoption de la loi Ollivier voient l'activité gréviste se déployer. Les dernières années du Second Empire sont accompagnées d'un regain revendicatif qui commence à s'installer durablement au coeur des sociétés industrielles. Cependant, c'est à partir des années 1880 que la grève prend véritablement son essor.
La loi Waldeck-Rousseau de1884, relative à la création des syndicats professionnels, canalise l'action gréviste, soutenue par le syndicat qui apporte la solidarité (surtout matérielle) des travailleurs d'autres régions de France. Le syndicat est sans doute la structure la mieux adaptée pour essayer de rassembler les ouvriers des métiers urbains et ceux de l'industrie.

Commentaires