King Kong : témoin de l'évolution des Etats Unis Exposé

King Kong : témoin de l'évolution des Etats Unis
Exposé montrant comment les trois films "King Kong" peuvent témoigner de l'évolution de l'Amérique sous les trois angles suivants : l'économie, l'idéologie et le cinéma.
№ 12201 | 3,350 mots | 0 sources | 2009
Publié le août 09, 2009 in Cinéma
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

King Kong a été mis en scène dans trois films successifs. Le premier film de 1933, a été témoin de la crise économique bouleversante, celui de 1976 de la démonstration de la nouvelle puissance américaine, enfin celui de 2003, arrive durant la période de grandeur d'Hollywood.
Trois époques, trois films, trois versions différentes.
Le Gorille Géant n'est pas seulement un monstre sacré, légende indémodable du septième Art. Le fameux primate a traversé les époques, traversé les mœurs, et en devient ainsi au fil du temps : le témoin de l'évolution des Etats-Unis d'Amérique.

I) King Kong : témoin historique

II) King Kong : témoin de l'évolution des idées racistes

III) King Kong : témoin de l'évolution du cinéma

Extrait du document:

Dans le film original de 1933 et le remake de 2005, l'action se passe en 1933 en pleine crise économique New Yorkaise, celle que l'on surnomme « Grande Dépression ».
L'Amérique est dans la tourmente, et Schoedsack comme Jackson nous montre alors une société particulièrement pauvre. Les versions de Kong de 1933 et 2005, montrent bien cette situation économique via les scènes d'introduction à New York : on y voit notamment des femmes faisant la queue pour obtenir de la nourriture – scène qu'on pourrait croire extraite d'images d'archives (1933) –, et l'héroïne Ann Darrow, actrice au chômage, voler une pomme dans la nécessité de se nourrir.
Ces scènes sont reprises par Peter Jackson dans sa récente version. Celui-ci a aussi décidé d'élargir considérablement ce passage dans le New York en dépression, ce qui nous renseigne un peu plus sur la dureté de la vie de cette époque de crise.

Commentaires