L'antisémitisme dans la France des années 1930 Exposé

L'antisémitisme dans la France des années 1930
Exposé se demandant pourquoi l'antisémitisme renaît de manière virulente dans la France des années 1930.
№ 24859 | 5,965 mots | 7 sources | 2011 | FR
Publié le juin 16, 2011 in Histoire , Sciences Politiques , Questions Sociales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le terme « antisémitisme » apparaît en Allemagne dès 1879 sous la plume du journaliste Wilhelm Marr, qui façonne et popularise ce terme en l'employant au cours d'un discours lors de la fondation de la Ligue antisémite de Berlin. L'antisémitisme en France va cependant être beaucoup moins virulent au sein de l'opinion publique lorsque apparaît le conflit de la Première Guerre Mondiale dès 1914, même si l'antisémitisme reste vivace parmi les milieux d'extrême droite. En effet, les juifs Français, y compris des rabbins, se battent sur le front pour défendre la Mère Patrie. Comme tous leurs compatriotes de différentes confessions, opinions politiques, origines sociales, ils se rallient à l'Union Sacrée, prouvant l'existence bien réelle de leur patriotisme et de leur attachement à la France. De plus, une grande partie de ces juifs Français est présent sur le territoire depuis plusieurs générations, notamment en Alsace et en région parisienne. Les juifs Français de longue date sont d'ailleurs totalement assimilés à la culture et à la société française, comme l'illustre la présence dans les années 1920 et 1930 de juifs Français incarnant la réussite professionnelle dans divers domaines, comme les industriels Citroën ou Schneider, les banquiers Rothschild ou Lazard, la famille Bader dirigeant les célèbres Galeries Lafayette du boulevard Haussmann à Paris, les hommes politiques tels Léon Blum ou Jean Zay.

I / La montée de l'antisémitisme liée au contexte social
II / La montée de l'antisémitisme liée à la crise économique
III / La montée de l'antisémitisme liée à des tensions politiques permanentes

Extrait du document:

». L'antisémitisme retrouvant une vitalité dès 1930 avec les prémices de la « dépression française » bouleverse leur certitude d'appartenance à la Nation. Pour se préserver des critiques et des insultes, ils cherchent à montrer leur patriotisme dès que l'occasion s'en présente. Certains se réfugient dans le reniement en tentant de changer de nom. Quelques-uns, plus fragiles, vont même adhérer à des mouvements extrême droite.

Commentaires