L'apparition de la polyphonie Exposé by marcelline

L'apparition de la polyphonie
Exposé qui relate la manière dont au neuvième siècle, la polyphonie est apparue dans le le langage musical.
№ 17748 | 1,765 mots | 0 sources | 2010
Publié le juil. 12, 2010 in Musique
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le mot « polyphonie » vient du grec et désigne, littéralement, le fait d'entendre plusieurs sons à la fois. On peut traiter la polyphonie de deux manières différentes : en harmonie ou en contrepoint. L'harmonie fait référence à une écriture verticale de la musique : le musicien pense à des accords, à comment les sons se marient entre eux. Le contrepoint, quand à lui se rattache à une écriture horizontale de la musique : le musicien pense à des mélodies, et la polyphonie est alors le résultat de la superposition des lignes mélodiques. La polyphonie n'a pas toujours fait partie intégrante de notre culture musicale. Au contraire, dans l'antiquité, la musique était principalement monodique, c'est à dire à une seule voix, avec ou sans accompagnement. Sans compter que dans le chant grégorien, qui est le principal répertoire de cette époque, la musique profane étant alors considérée comme indigne d'exister, était chanté à l'unisson par tous les moines ensembles.

I) Introduction
II) Quand la polyphonie est-elle apparue ?
III) Comment la polyphonie est-elle apparue ?
IV) Les premières évolutions de la polyphonie
V) Conclusion

Extrait du document:

La prise de conscience de la possibilité d'accord des sons entre eux est effectivement (et c'est assez logique) antérieure à l'apparition de la polyphonie. On trouve des allusions au phénomène de consonance dans les traités de Saint Augustin, au V ième siècle, et de Boèce, au VI ième siècle. A l'époque, contrairement à de nos jours où le qualificatif consonant/dissonant est plutôt subjectif, la notion de consonance est très simple et objective. On emploie alors seulement trois consonances : l'octave, la quinte et la quarte.
  • Commentaire d'un extrait de "L'Homme qui rit" de Hugo, partie II, livre 7, chapitre 4 se demandant comment Josiane, en élevant Gwynplaine dans l'ivresse d'une ferveur transcendante, l'entraîne dans l'abîme du chaos le plus total.
    № 28324 | 3,060 mots | 0 sources | 2012 | FR | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé se demandant si l'on évolue vers une absence de militantisme prévisible dans les années à venir ou si l'on observe une mutation de cette forme d'engagement.
    № 30807 | 3,740 mots | 14 sources | 2006 | FR | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui analyse le paradoxe initial du préfixe -in, et étudie le champ d'action d'humain/inhumain.
    № 16768 | 1,855 mots | 3 sources | 2010 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires