L'efficacité des politiques monétaires Exposé by KaraMaX

L'efficacité des politiques monétaires
Exposé qui cherche à savoir jusqu'où une politique monétaire peut être expansionniste sans créer des bulles désastreuses par la suite pour l'économie.
№ 24375 | 3,330 mots | 0 sources | 2010 | FR
Publié le mai 18, 2011 in Économie , Histoire
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au matin du 24 octobre 1929, presque aucun acheteur ne se présente à la « corbeille » lorsque le New York Stock Exchange ouvre ses portes comme d'habitude à 9h00. L'indice Dow Jones perd plus de 22% au cours de la matinée, et des milliers de vendeurs tentent en vain de pénétrer au sein du bâtiment pour liquider leurs positions. Des émeutes éclatent, certains spéculateurs se jettent par la fenêtre, et bien entendu les rumeurs les plus catastrophiques se propagent dans tout le pays. Ce « black Thursday » ne fut que le début d'un cycle infernal de quatre jours, où la valeur du Dow Jones s'est effondrée de plus de 72%. Cette crise boursière s'amplifia et toucha le secteur de l'agriculture, les cours des céréales et des matières premières déclinèrent de façon durable tout au long des années 1930-33, et pendant cette période de nombreuses banques durent cesser leur activité. La plupart des économistes estiment aujourd'hui, que ce krach fut la conséquence d'une politique restrictive de la Réserve fédérale, qui, pour freiner la spéculation avait augmenté ses taux d'intérêt brutalement quelque mois auparavant. Ce Krach a eu un impact durable sur les esprits de plusieurs générations. Longtemps le spectre de 29 vint hanter nos mémoires dès lors que l'on apercevait un ralentissement à l'horizon. Une hausse des taux ravive les souvenirs, secoue les marchés financiers, inquiète les analystes.
La politique monétaire doit être repensée, et ce dans un cadre où l'efficacité économique est celle qui permet d'optimiser la création de richesse tout en étant robuste sur le long terme.
Repenser la politique monétaire, c'est avant tout, cibler plus précisément les difficultés auxquelles elle est confrontée, et les réponses qu'elle n'arrive pas à apporter (I). C'est aussi réfléchir aux nouvelles responsabilités qui lui incombent (II).

Extrait du document:

Il serait cependant malhonnête d'affirmer que ces politiques monétaires furent un échec ces dernières décennies. En effet l'inflation a pu être maîtrisée par beaucoup d'éléments extérieurs, mais dans une période de profonde mutation. Le développement de l'informatique a permis des gains de productivité sans précédent et les échanges ont dynamisé la concurrence. Les banques centrales ont eu raison de baisser leurs taux à ce moment-là, elles ont pu optimiser la création de richesse et l'investissement. Néanmoins, il serait illusoire de penser que l'inflation sera contenu indéfiniment avec des taux aussi faibles. L'accroissement monétaire est génératrice d'inflation, celle-ci peut être absorbée de manière exceptionnelle, mais on ne bouleverse pas le monde tous les dix ans, et il serait illusoire de penser que l'expansion monétaire soit la source de gains de productivité.

Commentaires