« L'État fait la guerre, la guerre fait l'État », Charles Tilly Exposé by Mystere

« L'État fait la guerre, la guerre fait l'État », Charles Tilly
Exposé portant sur une citation de Charles Tilly : « L'État fait la guerre, la guerre fait l'État » et se demandant dans quelle mesure État et guerre sont consubstantiels.
№ 27573 | 6,955 mots | 10 sources | 2009 | FR
Publié le janv. 03, 2012 in Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si le terme État renvoie à des réalités très hétérogènes, il se caractérise néanmoins toujours par la présence d'une population, d'un territoire mais surtout il doit être souverain. L'État tel qu'on le conçoit de ne commence à prendre sa forme qu'au XVIe siècle, les entités existant antérieurement ne pouvant être assimilables qu'à des « embryons » d'États. L'État dispose en outre du jus belli, c'est-à-dire de la capacité de désigner un ennemi et de le combattre quand il le juge nécessaire. La guerre selon, Gérard Chaliand « consiste à user de la force armée pour atteindre un objectif politique », et pour cela il dispose du droit de vie et de mort. Aussi réprimandable, et moralement condamnable a-t-elle pu être, elle est inhérente aux États et à l'Histoire, d'ailleurs lorsqu'on étudie l'Histoire, c'est bien souvent les guerres que l'on étudie. Ainsi, la guerre est tenue pour la norme, comme aboutissement paroxystique de la rivalité multimillénaire entre États « Gladiateurs » (Hobbes), si bien que la paix ne peut être définie que comme la « non-guerre ». De Gaulle disait « Quelques différentes que soient en effet les tâches respectives du gouvernement et du commandement, leur interdépendance ne se discute pas. Quelle politique est valable quand les armes succombent ? Quelle stratégie est valable quand les moyens lui font défaut ? ». Pour analyser notre problème, nous nous appuyerons sur une affirmation de Tilly : « L'État fait la guerre, la guerre fait l'État ».


I. Né de la guerre, l'État doit assurer la paix civile et la sécurité collective de tous à l'intérieur de son territoire
II. L'État fait la guerre, c'est lui qui la décide car elle est dans ses intérêts
III. L'État et la guerre aujourd'hui

Extrait du document:

Le mot-clé ici est la sécurité, ce que met en avant l'historien Gerhard Ritter, historien allemand de la première moitié du XXe. Ce mot se distingue par son ambiguïté, car il peut s'agir soit de se défendre contre une agression, ou de se préparer contre une attaque imminente. Tantôt il s'agit d'étendre son domaine par intérêt dynastique, soit par intérêt nationaliste ou passion nationaliste depuis le XIXe siècle.

Commentaires